La musique dans les déserts culturels

Laurent Vilarem 13/06/2018
Le ministère de la Culture vient de lancer l’opération “Culture pour tous”. Cependant, des musiciens s’attachent déjà à apporter la musique classique dans les zones rurales et périurbaines. Tour d’horizon.

« Les droits culturels ne sont pas des droits accessoires, il faut faire vivre la culture loin des dorures ! » C’est avec cette phrase choc que Françoise Nyssen a lancé la conférence de presse du plan “Culture pour tous” visant à favoriser l’itinérance des spectacles culturels. L’enquête commandée par le ministère dresse en effet un constat éloquent : une forte disparité de subventions entre l’Ile-de-France et les régions (139 euros par habitant contre 15 euros) et la mise en avant de 86 “zones blanches”, ne comptant qu’un équipement culturel public pour 10 000 habitants. Huit départements sont particulièrement touchés par ces déserts culturels : l’Eure, le Loiret, la Moselle, les Vosges et, outre-mer, la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et la Réunion. Le plan proposé par le ministère ne promeut pas de nouvelles initiatives mais distingue les projets déjà existants. Des crédits supplémentaires seront accordés (6,5 millions d’euros par an, avec un objectif de 10 millions en 2022), afin d’encourager les ensembles, notamment musicaux, qui sillonnent les zones rurales et périurbaines. L’implantation de la musique classique dans ces “déserts musicaux” pose toutefois quelques questions.

Répondre aux besoins des communes

Incontestables pionniers de l’itinérance et de l’action culturelle, les Concerts de poche organisent chaque saison 100 concerts et plus de 1 500 ateliers musicaux dans près de 260 villages ou quartiers. Créée en 2002, l’association a rayonné « comme un escargot » à partir de la Seine-et-Marne, son centre, pour toucher par capillarité, onze des treize régions métropolitaines, avec un succès toujours grandissant : « Nous faisons du cousu main, affirme sa directrice et fondatrice Gisèle Magnan. Les acteurs territoriaux nous appellent pour nous préciser leurs besoins. Avec eux, je veille à proposer des programmes artistiques ambitieux. Notre avantage est notre grande polyvalence : nous possédons une vaste offre, allant de concerts pour cordes, chœur ou jazz, ainsi qu’une grande diversité d’ateliers, de quinze jours à six mois, auprès de groupes spécialisés ou intergénérationnels. Nous nous positionnons moins comme une compagnie artistique que comme un outil au service des collectivités. »

Pour lire la suite (84 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous