Recrutement au CNSMD de Lyon : des réactions

Antoine Pecqueur 13/07/2018

Les représentants du Conseil d’administration reviennent sur le processus de recrutement du directeur. Le rôle joué par la présidente du CA, Catherine Tsekenis, favorite pour reprendre dans quelques jours la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture, suscite également des crispations.  

 

Suite à la parution de l’article « polémiques autour du recrutement du directeur du CNSMD de Lyon », les représentants du Conseil d’administration du CNSMD de Lyon tiennent à préciser que « le Conseil d’administration qui a eu lieu jeudi dernier 5 juillet n’est pas décisionnaire. Nous ne pensons pas non plus que l’on puisse parler "d’usage" quant à une consultation des professeurs lors des nominations de directeurs. Les représentants, élus démocratiquement pour siéger au CA ont rempli leur mission consultative. Enfin, il nous paraît que les propos en filigrane, visant à désigner la danse comme une catégorie inférieure, ne sont pas dignes de notre établissement qui prône certaines valeurs esthétiques et morales telles que l’ouverture et le respect ».

L’un des représentants du Conseil d’administration, professeur au CNSMD de Lyon, que nous avons joint par téléphone, dénonce lui une attitude de « désinvolture  de la part du Ministère de la Culture ». Il revient sur les différentes étapes du processus de recrutement du directeur :  « Nous souhaitions  avoir à la tête du CNSMD de Lyon une personnalité forte, ancien directeur d’orchestre, de festival, de salle de concert, ou grand commis d’Etat… L’établissement a un budget de 15 millions d’euros, avec dans les années à venir des projets de grande ampleur comme l’extension du bâtiment, avec la création d’un grand auditorium, le transfert du centre de création du Grame… Pour cette raison, nous souhaitions avoir un intendant au sens allemand du terme. Nous avons établi la fiche de poste en janvier, mais elle n’a été rendue publique qu’en avril pour un dépôt des projets un mois plus tard. Un délai qui ne laisse absolument pas le temps pour attirer de tels profils. Au final, nous avons donc surtout reçu des candidatures de directeurs de conservatoire. Le Ministère n’aurait jamais agi de la même sorte avec le CNSMD de Paris. Il y a aussi certains éléments que je tiens à dénoncer, et qui sont à la limite de la légalité. Catherine Tsekenis, qui est la présidente du Conseil d’administration du CNSM de Lyon (ndlr : actuellement directrice de la Fondation d’entreprise Hermès, elle est sur la « shortlist » de la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture) a pré-sélectionné les dossiers. Ce n’est pas acceptable. En outre, Viviane Sery (ndlr : sélectionnée dans la « shortlist ») s’est portée candidate sans démissionner de son statut de personnalité qualifiée du Conseil d’administration du CNSMD de Lyon. Face à cette situation, les représentants que nous sommes ont pris la décision de pas participer à la consultation. Nous ne voulions pas participer à une mascarade qui nous dépassait. » La Rue de Valois va-t-elle déclarer dans quelques jours le processus de recrutement infructueux ? La nomination probable de Catherine Tsekenis à la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture risque également de rabattre certaines cartes.

 

Antoine Pecqueur

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous