Bruno Messina : « Berlioz aurait toute sa place au Panthéon »

Antoine Pecqueur 06/09/2018
L’été a été bien rempli pour Bruno Messina. Le directeur du festival Berlioz de La Côte-Saint-André s’est vu chargé de préparer la célébration en 2019 du 150e anniversaire de la mort de l’auteur de la Symphonie fantastique et a été nommé directeur du festival Messiaen au pays de la Meije.
Comment allez-vous organiser cette année Berlioz ?
Le but est de fêter Berlioz dans sa diversité. C’était un talent polymorphe ! D’un point de vue formel, il n’a jamais composé deux œuvres identiques. Je veux rappeler son caractère rural, provincial, tout comme sa carrière de journaliste et même d’écrivain, notamment de science-fiction. Roland Barthes disait que pour comprendre la littérature du 19e siècle, il fallait étudier l’œuvre littéraire de Berlioz au même titre que Balzac. A l’heure où l’Europe est en crise, il est important de montrer que Berlioz était un vrai Européen. Il avait pour modèle Beethoven, Gluck, mais aussi Byron ou Shakespeare. Je souhaite d’ailleurs organiser pendant cette année des concerts à l’étranger, dans les villes qui ont jalonné son parcours, comme Londres, Saint-Pétersbourg ou Rome, dont il qualifiait la villa Médicis de « caserne académique » !

Pour lire la suite (72 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous