Clara Guillon : «Le métier de chanteur souffre de jeunisme»

Suzanne Gervais 26/09/2018
La soprano de 26 ans a remporté le premier prix du concours de chant de Marmande (47). Entretien avec une musicienne lucide sur un métier que l’on commence de plus en plus tôt.
Racontez-nous votre parcours qui ne passe pas par un CNSMD.
J’ai commencé par le piano, mais voyant que j’étais très bavarde, ma professeure m’a conseillé de faire du chant ! Je me suis formée au CRR de Poitiers, puis au conservatoire du 18e arrondissement de Paris, où j’ai obtenu mon DEM. J’ai commencé à travailler tôt : à 19 ans, je tournais avec plusieurs compagnies régionales, comme Lyric & Co à Calais ou Figaro si, Figaro là, en Poitou-Charentes. Ces structures discrètes sont essentielles car elles permettent aux chanteurs de faire leurs armes sur scène et de se plonger dans le bain professionnel. J’ai hésité à tenter un CNSMD, mais j’avais besoin de travailler, d’autant que je venais d’obtenir mon statut d’intermittente. De plus en plus de parcours prouvent qu’on peut faire carrière sans passer par la case CNSMD.

Pour lire la suite (67 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous