Didier Salzgeber : «Les EPCC génèrent beaucoup de fantasmes»

Suzanne Gervais 26/09/2018
En 2003, les EPCC ont créé un comité national de liaison sous forme d’un groupement professionnel, ouvert aux directeurs et aux administrateurs de ces structures. Le point avec Didier Salzgeber, délégué général de l’association.
Quels sont les avantages et les inconvénients de ce statut ?
Il n’y a aucun avantage ou inconvénient à utiliser un statut juridique plutôt qu’un autre, c’est plutôt une question d’opportunité. Opportunité qui est liée, dans le cas d’un EPCC, à la coopération entre les collectivités publiques. La loi relative aux EPCC est encore mal connue, notamment dans le monde des conservatoires. Elle génère beaucoup de fantasmes. L’EPCC requiert un positionnement politique affirmé, car il relève d’un mode de gestion radicalement différent d’une association ou d’un syndicat mixte.

Pour lire la suite (80 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous