Franck Riester rue de Valois : quelles conséquences pour la vie musicale ?

Antoine Pecqueur 30/10/2018
Le député de centre droit, qui a notamment rédigé des rapports sur l’Hadopi et le projet de Centre national de la musique, succède à Françoise Nyssen.
C’est un symbole lourd de sens. Après avoir fait appel à une personnalité de la société civile, étiquetée à gauche, le gouvernement accueille comme ministre de la Culture un politicien de carrière, de centre droit. On ne pouvait pas faire de changement plus radical. Edouard Philippe aura donc réussi à convaincre Emmanuel Macron d’attribuer ce portefeuille à l’un de ses compagnons de route, qui, après avoir été longtemps membre des Républicains (il en fut même le secrétaire à la communication), a ensuite codirigé le groupe UDI, Agir et Indépendants. Mais cette nomination ne fut pas aisée, loin de là. Le président aura tout fait pour tenter de rester fidèle à son premier choix. Françoise Nyssen a d’ailleurs survécu au remaniement qui a suivi le départ de Nicolas Hulot. Mais la démission de Gérard Collomb aura eu raison d’elle.

Pour lire la suite (80 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous