Les musiciens de l’ONBA : «Nous revendiquons le droit d’exercer pleinement notre profession»

30/10/2018
Dans une lettre ouverte, les musiciens de l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine ont répondu aux propos tenus par leur directeur.
Nous, musiciens de l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, souhaitons réagir aux propos tenus par Marc Minkowski.
Nous réaffirmons ici que nous menons cette action de notre propre initiative, en tant que musiciens de l’orchestre, que nous ne sommes manipulés par personne et que nous assumons, seuls, l’intégralité de nos propos.
La présence de M. Poutou dimanche dernier était le fait d’une action syndicale indépendante de notre démarche et à laquelle nous ne nous associons pas.
Notre lutte va bien au-delà des affiliations syndicales et des divergences d’opinions politiques (qui peuvent par ailleurs exister entre nous comme dans toute entreprise).
M. Minkowski prétend qu’une réunion avait été « convenue », ce qui est faux : la date a été imposée unilatéralement par la direction et refusée par notre commission pour des questions d’emploi du temps. La commission a ensuite proposé d’autres dates, ce qui n’a fait l’objet d’aucune réponse de la part de notre direction. Nous sommes en mesure, via la publication de l’échange des mails, de prouver cette vérité.
A ce sujet, nous souhaitons à nouveau dire toute notre solidarité envers la commission d’orchestre que nous avons élue et lui témoigner notre profonde gratitude en ces moments difficiles.
Nous sommes étonnés d’être qualifiés d’« orchestre sympathique » avec lequel M. Minkowski pense être en « phase d’apprivoisement » tant les méthodes employées nous laissent perplexes.
Nous sommes tous profondément attachés à notre profession et ne revendiquons rien d’autre que le droit de pouvoir l’exercer pleinement, respectueux d’un public qui nous manifeste par ailleurs un large soutien chaque soir, et nous attendons d’être nous-mêmes respectés par la direction de notre opéra.
Nous ne pouvons qu’espérer pour le futur une amélioration dans les rapports entre cette direction et nous, afin de restaurer une confiance déjà passablement entamée et de retrouver un peu de la sérénité nécessaire à la production artistique.

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous