Musique de chambre de cinq à six

Alain Pâris 31/10/2018
Par définition, la musique de chambre consiste à réunir un petit nombre d’instrumentistes. L’immense majorité du répertoire se compose de duos, trios et quatuors, ensembles pour lesquels les équilibres sont faciles
à réaliser. Mais qu’en est-il au-delà ?
Le quintette à cordes a connu son âge d’or dans le dernier quart du 18e siècle. Il est considéré comme une extension du quatuor à cordes, auquel on ajoute un instrument. Mais lequel ? Boccherini et Schubert ont opté pour un second violoncelle, Mozart et Dvorak pour un second alto. Mozart n’était qu’un élément – certes génial – d’un grand mouvement marqué principalement par Boccherini (plus d’une centaine de quintettes). Chez de nombreux compositeurs, notamment viennois, le choix d’un second alto venait simplement renforcer l’édifice harmonique en enrichissant les textures intermédiaires. Celui qui a fait changer les choses, c’est Franz Anton Hoffmeister (1754-1812).

Pour lire la suite (87 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous