Benoît Machuel : «En France, le syndicalisme est idéologique»

Suzanne Gervais 13/11/2018
Née en 1948, la Fédération internationale des musiciens (FIM) rassemble 70 syndicats de musiciens issus de 65 pays. Le point avec son secrétaire général.
L’état du syndicalisme diffère-t-il d’un pays à l’autre ?
Tout à fait. Le syndicalisme dans les orchestres n’est pas très différent de ce qu’il est dans la population active. En France il est très bas, notamment parce que les conventions collectives sont appliquées partout. Dans les pays nordiques il atteint 80 % et dépasse 90 % en Allemagne et, plus surprenant, aux Etats-Unis. Ces taux sont liés au fait que pour avoir des droits – une retraite, par exemple –, il faut être syndiqué. En France, nous sommes davantage dans un syndicalisme de soutien idéologique. A l’étranger, il est plus pragmatique. Et donc plus répandu.

Pour lire la suite (75 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous