EXCLUSIF : A Vézelay, une vraie résidence pour l’ensemble Aedes

Suzanne Gervais 07/12/2018

C’est l’une des premières grandes décisions prises par le nouveau directeur de la Cité de la voix de Vézelay, François Delagoutte, qui a succédé à Nicolas Bucher. Il a choisi d’accueillir en résidence dans les murs de son centre d’art vocal l’ensemble Aedes. Pour trois ans.

« Je suis ravi que l’ensemble s’implante en Bourgogne, se réjouit Mathieu Romano, directeur artistique. Depuis la naissance d’Aedes, il y a treize ans, nous jouons régulièrement pour le public bourguignon. » Une affection qui n’est pas fortuite : Mathieu Romano est natif de la région ! Des concerts en perspective à Vézelay, et ailleurs : « Nous allons mettre en place une aide à la diffusion pour que les communes de la région achètent des concerts à l’ensemble. », explique François Delagoutte. Concrètement, la Cité de la voix financera une partie des concerts d’Aedes qui auront lieu en Bourgogne.  « Je voulais que le centre s’associe à un chœur qui n’hésite pas à passer de l’Opéra de Paris aux petites églises de campagne : cette souplesse est essentielle aujourd’hui. », poursuit le directeur, qui préfère d’ailleurs parler d’« ensemble associé », plus impliquant, selon lui, que la simple résidence.

Car la participation des musiciens d’Aedes à la vie de la Cité de la voix ne se limitera pas aux répétititons et aux concerts. L’ensemble sera partie prenante du nouveau volet pédagogique de l’institution, qui vise tout particulièrement les jeunes professionnels. Au programme, une toute nouvelle académie de chefs de chœur : six jeunes professionnels participeront à la première session, en août, à côté de Mathieu Romano et devant les musiciens du chœur. Une académie de choristes ouvertes aux étudiants des CNSMD et pôles supérieurs est également prévue (sessions en avril et en juillet). L’institution ambitionne ainsi de devenir un centre d’art vocal à la pointe en matière de formation : l’association Mission Voix Franche-Comté et son arsenal de stages et d’ateliers intégrera ainsi la Cité de la voix début 2020.

Résidence, partenariat… Quel que soit le terme utilisé, l’association d’un ensemble à une institution est un luxe aujourd’hui indispensable pour le secteur musical indépendant : « Se sédentariser est non seulement précieux pour le travail artistique, mais c’est aussi une carte de visite en or pour les potentiels programmateurs et les financeurs. », estime Mathieu Romano. Un nouveau partenariat qui commencera début 2019, pour trois ans, et qui s’articulera avec l’autre résidence dont bénéficie Aedes, au théâtre impérial de Compiègne cette fois.

Suzanne Gervais et Antoine Pecqueur

 

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous