Opéra de Paris : où en est le processus de recrutement ?

Antoine Pecqueur 09/01/2019
Retour sur les étapes qui doivent aboutir à la nomination du nouveau directeur général ainsi que du directeur musical.
Dans nos colonnes, nous avions fait écho de l’inquiétude des musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Paris, qui regrettaient de ne pas être associés au processus de recrutement du successeur de Stéphane Lissner et du futur directeur musical. L’Opéra de Paris, qui s’apprête à fêter ses 350 ans, est en pleine mutation. Tout a commencé en octobre dernier avec la nomination de Jean-Pierre Clamadieu, le patron d’Engie, comme président du conseil d’administration. Pour la première fois de son histoire, le CA de l’Opéra de Paris n’est pas dirigé par un représentant de l’Etat, mais par une figure du secteur privé. De quoi susciter chez certains quelques crispations… Cette nomination a pour but de donner un nouveau souffle à la gouvernance de la “grande boutique”, et notamment de développer la stratégie de recherche de fonds. L’étape suivante a été la modification par décret du calendrier de nomination du nouveau directeur général.
« Le délai était jusqu’alors de dix-huit mois avant le départ, ce qui était trop court », nous explique un proche du dossier. Les candidats se sont ensuite manifestés : certains ont adressé un projet, d’autres ont fait savoir qu’ils étaient intéressés par le poste. Pour ne rien arranger, le processus de recrutement est piloté à la fois par le ministère de la Culture et par l’Elysée – c’est le président de la République qui nomme le directeur de l’Opéra. Serge Dorny, favori de Françoise Nyssen lorsqu’elle était ministre, préfère rester à l’Opéra de Munich, où il vient d’être nommé. Des candidatures ont été présentées en binôme, comme Christophe Ghristi, directeur du Capitole de Toulouse, avec la cheffe d’orchestre Susanna Mälkki. Cette dernière candidature a semblé avoir les faveurs de l’Elysée, notamment de celui qui en était jusqu’à ce début d’année le directeur de la communication, Sylvain Fort. Le ministère de la Culture, à l’époque de Françoise Nyssen, avait fait appel à un cabinet de chasseur de têtes… Depuis l’arrivée de Franck Riester, la Rue de Valois continue de recevoir de potentiels candidats, comme Marc Minkowski. Mais en ce début d’année, selon nos informations, le processus de recrutement devrait nettement évoluer. Le but serait de mettre en place une consultation avec un jury. En bref, davantage de transparence. Les jeux sont donc ouverts. Reste à savoir si les musiciens de l’orchestre seront maintenant associés au processus.

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous