Directeur de conservatoire : administratif ou musicien ?

Laurent Vilarem 09/01/2019
Le recrutement des directeurs de conservatoire est devenu un parcours du combattant. Les profils recherchés n’ont jamais été aussi multiples, mêlant compétences musicales, pédagogiques et managériales. Une gageure.
En avril dernier, le CRC de Pontarlier faisait paraître une annonce pour le recrutement de son directeur. L’énoncé du poste tenait en trois pôles : « pilotage du projet d’établissement », « direction pédagogique » et « fonctionnement de la structure ». Les compétences requises étaient donc nombreuses et diversifiées. Elles s’établissaient en des termes précis : « cadre juridique et fonctionnement des établissements spécialisés », « aptitude au management », en passant par un « environnement territorial et connaissance des procédures administratives et budgétaires ». Grand absent de la liste, l’obligation d’une pratique soutenue de la musique, voire d’une carrière de musicien. D’un fonctionnement essentiellement interne tourné vers la pédagogie musicale, les conservatoires possèdent maintenant des missions territoriales, liées à des exigences d’éducation générale, de diffusion artistique et d’animation sociale. La profession de directeur a profondément évolué depuis une vingtaine d’années. Il lui faiut être à la fois un musicien, un pédagogue et un habile administrateur.

La quadrature du cercle

Directrice de l’action culturelle à Argenteuil, Cassandre Deweine a fait un recrutement de direction pour le CRD. La question du profil entre manager, pédagogue et artiste s’est rapidement posée : « Ce fut un recrutement difficile, raconte-t-elle. Un directeur de conservatoire doit être reconnu sur le plan artistique, mais également être un bon manager. On recherche aujourd’hui la quadrature du cercle. La mission du directeur est complexe : il doit veiller à la gestion d’une école, dans notre cas de 1 300 élèves, tout en étant au point sur les questions pédagogiques, budgétaires et sociales. » Après consultation de tous les partenaires, le choix fut porté sur un jeune directeur, musicien, et formé au métier de direction. « Même si on nomme un artiste à la tête d’un conservatoire, il doit maîtriser les compétences de gestion nécessaires. Car la plus belle idée artistique nécessite aussi une expertise dans la gestion humaine et financière. On constate souvent qu’un binôme, dont l’un s’occuperait de la partie artistique et l’autre de la partie organisationnelle, est mis en place pour répondre à ces exigences. Sans doute que ces deux compétences peuvent être réunies au sein d’un seul profil. » Autre impératif, la disponibilité. Etre directeur de conservatoire nécessite d’avoir du temps pour aller aux concerts, gérer enseignants et parents d’élèves, tout en ayant envie d’être innovant dans l’apprentissage de la musique. « Il faut avoir une disponibilité énorme, conclut Cassandre Deweine. C’est un incontournable. Penser pouvoir télétravailler régulièrement ou disposer de toutes les vacances scolaires me semble illusoire. »

Pour lire la suite (75 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous