Namm Show : les nouveautés américaines

Marc Rouvé 11/02/2019
Le salon de Los Angeles, consacré au marché musical, a réuni près de 7 000 marques. Le point sur les dernières innovations.
La déferlante numérique a beau remettre en cause nombre d’habitudes – dont les foires et salons font partie –, le Namm reste un rendez-vous incontournable pour les fabricants du monde entier. Les raisons en sont multiples. Tout d’abord, la taille du marché américain, le premier au monde, et la propension des consommateurs d’outre-Atlantique à renouveler très fréquemment leur matériel en s’enthousiasmant pour les nouveautés. Ensuite, la période – le début d’année – qui permet aux acheteurs internationaux de découvrir et commander les instruments qui rythmeront leur saison.
Si Music China est plutôt orienté vers la production à large échelle des instruments de début et moyen de gamme, le Namm abrite nombre d’exposants de taille petite ou moyenne qui font souvent preuve d’une grande créativité, avec un positionnement haut de gamme. Dans un bâtiment entier flambant neuf, deux halls sont consacrés à tout ce qui concerne l’audio professionnelle (consoles de mixage, enceintes, processeurs de traitement du son…). Pour ce qui est des instruments dits classiques, ce sont, sans conteste, les vents qui sont les mieux représentés. Logique quand on prend la mesure de l’importance des brass bands et autres ensembles d’instruments à vent dans l’organisation de l’enseignement supérieur aux Etats-Unis.
La suite de l'article (75 %) est réservée aux abonnés...

Yamaha, des flûtes aux guitares

Comme dans bien des salons, Yamaha occupe un espace à part, à quelques mètres du Namm. Il est vrai que la firme japonaise représente un monde en elle-même, puisqu’elle couvre l’ensemble des instruments de musique, dans tous les styles. Un exemple unique dans le secteur. La marque aux trois diapasons étend sa gamme de flûtes avec les modèles YFL-597H, 697H et 797H, les deux premiers étant fabriqués en nickel argenté, tandis que le dernier est en argent. Toujours chez Yamaha, mais dans la section claviers, le N1X est une version améliorée du fameux piano hybride N1. Il s’agit d’un piano numérique doté de caractéristiques de pointe. Citons-en deux : la technologie d’échantillonnage binaural, pour une véritable sensation d’immersion sonore lors du jeu au casque ; et l’utilisation de deux pianos qui font référence pour la banque de sons : le Yamaha CFX et le Bösendorfer Imperial.
Autre instrument technologique, la guitare CG-TA : une guitare classique équipée de la technologie Trans-Acoustic, c’est-à-dire d’effets intégrés (reverb et chorus) qui sont retransmis par la table de résonance. Une fois l’effet de réverbération mis en route, par exemple, la guitare offre la sensation plutôt agréable de jouer dans un environnement particulier (église ou salle de concert).

Bam sur le terrain numérique

Bam, le spécialiste des étuis et housses haut de gamme, fait preuve d’une inventivité sans faille en travaillant à la manière d’un créateur de mode. Chaque année, de nouvelles collections voient le jour, telle la gamme Leo (un imprimé “fauve” chic) ou les étuis Ice Suprême (violon, violoncelle). La firme française a également développé l’application Gigs by Bam. Elle offre moult fonctions pratiques disponibles à partir de votre smartphone : contrôle en temps réel de l’hygrométrie de l’étui, suivi GPS pour le localiser, organisation des répétitions avec vos partenaires musiciens… Chez Vandoren, la gamme des ligatures MIO en or rose couvre désormais les saxophones baryton, ténor et soprano, tandis que le modèle pour clarinette basse rejoint celui pour clarinette si bémol. D’Addario développe sa gamme de cordes pour violonistes et altistes avec la ligne Ascenté, qui concerne à présent toutes les tailles de violon. Pour l’alto, c’est la première fois que la marque propose une référence en 12” de longueur. Pour ce qui est des vents, la ligne Réserve pour clarinette si bémol s’enrichit du modèle Evolution, une anche plus épaisse qui développe un son plus dynamique et moderne. Un nouveau bec signé Evolution est également disponible.

Terminons ce rapide tour d’horizon avec un petit “cocorico” pour La Voix du luthier. Derrière ce nom intrigant se trouve une petite équipe de passionnés de la retransmission sonore par des systèmes électroacoustiques. Christophe Duquesne a présenté ses systèmes Onde et Pyramid alliant un design soigné et une réelle qualité audio. Il s’agit d’enceintes amplifiées qui s’inspirent de la conception des instruments à cordes, puisque la diffusion sonore est assurée par la table d’harmonie. Le résultat est très naturel, il semble beaucoup moins chargé en électricité. Après une campagne de financement réussie sur Kickstarter en 2018, la production sera lancée cette année. A noter également que La Voix du luthier a présenté ses enceintes amplifiées à l’Ircam à l’automne dernier. Voici donc un système qui pourrait devenir un complément appréciable des instruments électroacoustiques ou électriques de toutes sortes et ouvrir de nouvelles voies d’exploration sonore aux compositeurs.
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous