Musicien et anesthésiste

Rachel Rowntree 11/02/2019
A la suite d’un grave problème de santé, l’altiste Arun Menon a décidé d’associer sa pratique de musicien à une activité médicale.
Par une journée ensoleillée d’automne, l’air décontracté, Arun Menon arrive à la terrasse du Royal Festival Hall, au cœur de Londres. Beaucoup subiraient une forte pression s’ils jouaient dans les meilleurs orchestres du monde ou s’ils étaient médecins, mais il semble que réussir les deux en même temps ne pose aucun problème à Arun.
Pendant sa jeunesse à Newham dans les années 1980, sa première ambition est de devenir docteur. A l’époque, Newham est l’un des quartiers les plus pauvres de Londres, et le reste encore aujourd’hui. Son école ne l’encourage pas à suivre des études de médecine. « Les enseignants n’étaient tout simplement pas en mesure d’accompagner de tels parcours », explique-t-il.

Pour lire la suite (85 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous