Pour Fauré, dites N

Alain Pâris 26/02/2019
Certains compositeurs avaient le sens du classement. Ils ont soigneusement catalogué leurs œuvres en leur donnant un numéro d’opus. D’autres, moins sensibles à une telle rigueur, ont quitté ce monde en laissant leur production dans un état cataclysmique. Heureusement, des hommes dévoués ont consacré leur vie à remettre les choses en ordre, accolant au passage leur initiale à chaque numéro pour marquer le terrain.
Si je vous dis K, vous répondrez Köchel = Mozart. Bravo. Aurai-je le même succès avec D ? Je vous aide, le spécialiste des inachevé(e)s : Deutsch = Schubert. Mais à ce jeu des lettres musicales, on peut aller plus loin : L, H, M, Sz, R, S, G, RV… et même un autre K. Cherchez, car mon rédac chef ne me donne pas assez de place pour développer ! La lettre N était libre, pour le plus grand bonheur des fauréens.

Pour lire la suite (79 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous