Financer ses projets avec des fonds européens

Suzanne Gervais 26/02/2019
Quand on dit Erasmus, on pense aux échanges individuels limités aux universités. Or ce programme permet en réalité de financer tout type de projet éducatif : il concerne donc aussi les écoles de musique.
Les bourses délivrées par le programme européen Erasmus ne sont pas réservées à l’enseignement supérieur, elles peuvent être attribuées à des écoles maternelles et primaires, à des collectivités, à des associations et à des conservatoires.

Une première expérience à Poitiers

En France, le CRR de Poitiers est le premier à avoir tenté sa chance. Et le projet défendu par Emmanuel Mouroux, professeur de piano, a été retenu. En octobre, les élèves du conservatoire ont ainsi accueilli une cinquantaine d’élèves des conservatoires de Cagliari et de Malaga. D’ici à la fin de l’année, ils se rendront, à leur tour, en Italie et en Espagne. Au programme : des sessions d’orchestre, de musique de chambre, d’improvisation et des concerts. « Il faut ouvrir les élèves à un contexte musical européen. Ce type de projet remotive les ados instrumentistes, un âge où beaucoup d’entre eux quittent le conservatoire », explique Emmanuel Mouroux, qui a lui-même passé une année à l’étranger à la fin de ses études. « J’ai pu bénéficier du programme Erasmus et passer une année en Espagne. Une expérience qui m’a énormément enrichi en tant que musicien. Je voulais donner la même ouverture aux élèves de l’établissement où j’enseigne. » Au total, 150 élèves auront voyagé.

Les fonds européens, une solution de financement des projets temporaires

Montant de l’aide accordée par l’Union européenne : 88 325 euros. « Peu d’écoles de musique et de conservatoires sont au courant de cette possibilité, poursuit l’enseignant, mais l’Europe est une option intéressante pour financer des projets temporaires. » La condition : le projet doit concerner au moins trois structures issues de pays européens différents. Et l’investissement en temps est important : « Le CRR de Poitiers est coordinateur du projet. Cela signifie que nous avons organisé les réunions avec les établissements pour que les professeurs se rencontrent et supervisé toute la logistique pour le déplacement et l’accueil des élèves. C’est beaucoup de travail », prévient Emmanuel Mouroux.

Les écoles de musique et les conservatoires ont jusqu’au 21 mars pour déposer leur dossier. A noter : les établissements peuvent être soit partenaires, soit coordinateurs. De quoi inciter les conservatoires à mettre le cap sur l’Europe, à l’heure où le désengagement de l’Etat s’accentue, fragilisant le soutien des collectivités.

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous