La pédagogie inclusive

André Peyrègne 04/04/2019
A l’occasion du colloque international de Kuopio, en Finlande, état des lieux des actions novatrices engagées en faveur des publics empêchés.
Peu à peu, le terme de “pédagogie inclusive” fait son chemin dans le paysage éducatif français. Celle-ci s’intéresse à des élèves qui, jusqu’alors, étaient tenus à l’écart des structures traditionnelles d’enseignement, en priorité les élèves en situation de handicap. Du 7 au 9 février, à Kuopio, en Finlande, un colloque était consacré à cette démarche, qui réunissait des directeurs et pédagogues d’Europe, de Corée du Sud, du Mexique ou encore de Palestine.

Des handicapés à l’orchestre

Sur 2 500 élèves, le conservatoire de Kuopio accueille 70 “enfants à besoins spécifiques”. Une équipe d’enseignants volontaires, entraînée par Annuka Knuutilla, a mis dix ans à installer cet enseignement au sein de l’établissement. Au cours du colloque se sont produits deux ensembles dans lesquels figuraient des élèves handicapés. Ces derniers jouaient des rythmes répétitifs ou reproduisaient des formules mélodiques simples. Le but était atteint : ils faisaient partie de l’ensemble. Une mère a témoigné que son fils était « rescapé de la vie » grâce à l’enseignement du conservatoire. Elle nous a raconté ses progrès, en commençant par la latéralisation droite-gauche, acquise grâce à la localisation des sons aigus ou graves sur le clavier du piano.

Improvisation vs lecture

A Kuopio, l’université des sciences appliquées Savonia s’intéresse, elle aussi, à l’enseignement pour les enfants “aux besoins spécifiques”. Ses professeurs, comme ceux des universités d’Helsinki, de Vienne ou de Vechta, en Allemagne, qui sont intervenus lors du colloque, n’ont pas de méthode type à proposer. Tout le monde cherche, expérimente. Les intervenants se réfèrent au principe pédagogique de base qui consiste à s’adapter au cas de chaque individu, quel qu’il soit. Chaque enseignant confronté aux élèves en situation de handicap invente sa pédagogie. L’un favorise l’improvisation, l’expression directe de l’élève, l’autre impose la lecture d’une partition en remplaçant les notes par des dessins ou des couleurs…

Chorale d’aveugles

Piret Vainmaa, secrétaire générale de l’Association européenne des professeurs de musique de chambre à Tallinn, en Estonie, nous apporta le témoignage d’une chorale d’aveugles dont l’acuité auditive est si développée que les choristes arrivent à percevoir le souffle du chef pour démarrer ensemble. Belle leçon d’intégration par l’audition. Le professeur Taïna Räsänen, de l’université Savonia, résume ainsi les qualités fondamentales de l’enseignant pour enfants en situation de handicap : avoir de l’empathie pour l’élève, avoir une sensibilité personnelle particulièrement développée, avoir étudié les principes généraux de l’enseignement pour les handicapés, avoir une connaissance du développement psychique de l’individu. Mais, tous les pédagogues le soulignent : aucun professeur ne doit être obligé d’enseigner à un enfant handicapé. L’obligation – qui viendrait d’un directeur ou d’un texte administratif – conduirait à l’échec. Le volontariat est nécessaire.

Réactions des enseignants

Dix ans : tel est le temps qu’il a fallu au conservatoire de Kuopio pour mettre en place sa “pédagogie inclusive”. Anna-Elina Lavaste, qui était directrice de l’établissement au moment de son instauration, se souvient des réactions du corps enseignant : « Est-ce que notre école va devenir une école pour handicapés ? », demandaient certains ; « Nous avons été formés pour enseigner à des enfants doués, non à des handicapés », rétorquaient d’autres ; « Combien de places les handicapés vont-ils prendre aux “vrais” élèves ? » La plupart remarquaient : « Je ne connais rien aux handicapés : je ne peux donc pas, je ne veux donc pas leur enseigner ! » Les choses ont évolué. Et l’actuel directeur, Esko Kauppinen, conclut que son établissement, « au lieu d’être fragilisé, a été enrichi ». Des expériences ont été menées dans différents établissements de Finlande, puis une synthèse a été envoyée au ministère de l’Education. Et, en 2002, la Finlande a décrété le principe d’individualisation du cursus dans l’enseignement. Dans son article 10, le décret prévoit : « Si un élève, à cause d’un handicap, d’une maladie ou de toute autre raison, ne peut suivre le cours normal de l’enseignement, son parcours scolaire doit être individualisé en fonction de ses capacités propres. Dans le cas d’un parcours personnel, l’objectif des études sera défini, ainsi que la durée, la méthode et le mode d’évaluation. »

Et chez nous

Quelle est la situation en France ? Des initiatives isolées et mal connues, existent, comme celle de Jacques Cordier, au conservatoire de Grenoble. Avec des instruments spécialement fabriqués pour les handicapés, il arrive à rendre heureux des enfants qui, jusque-là, n’avaient jamais souri. L’idée de la pédagogie inclusive dans les écoles de musique commence à être prise en compte en France dans les milieux officiels. Dans les textes que prépare le ministère de la Culture sur l’avenir de l’enseignement artistique, on parle de plus en plus de “projets personnalisés”. On incite fortement à intégrer l’enseignement pour les handicapés, avec la présence d’un “référent handicap”. Mais, au vu de l’expérience finlandaise, cela ne peut se faire du jour au lendemain. Et, surtout, sans culpabiliser ceux qui ne se sentiraient pas prêts pour se lancer dans l’aventure.

A Kuopio, Philippe Dalarun, président de l’European Music School Union, a proposé de dresser un inventaire des actions menées en ce domaine en Europe et d’arriver à mettre en place une formation adéquate pour les enseignants. Un chantier salutaire s’est ouvert au cœur des frimas de l’hiver finlandais.
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous