Apprendre après le conservatoire

Suzanne Gervais 24/04/2019
Chanteurs ou instrumentistes, solistes ou chambristes… nombreux sont les professionnels à continuer, diplôme en poche, à suivre des cours, plus ou moins ponctuellement, auprès d’un professeur particulier, coach ou conseiller. Une formation au long cours.
Deux fois par an, Simon Graichy s’envole pour Helsinki. Pas question de randonnées dans les fjords ou de pèlerinage dans les pas de Sibelius : il vient travailler avec sa professeure de piano, Tuija Hakkila, avec laquelle il a étudié pendant deux ans, juste après l’obtention de son diplôme au CNSMD de Paris, en 2008. « Ce sont quasiment des retraites monastiques : on passe des journées entières au piano », explique le musicien de 33 ans, qui organise ses séjours en Finlande en fonction des grandes échéances de son année : nouveau programme, enregistrement… Depuis qu’il a quitté les bancs du Conservatoire, ses relations avec son professeur ont tout de même changé : « Je n’y vais pas dans l’optique d’un cours à proprement parler. Je parlerais davantage de coaching, de consultations. » Une oreille extérieure qui lui permet de rompre avec sa solitude quotidienne devant le clavier.

Les chanteurs en première ligne

Entretien de la voix, œuvres en langue étrangère, diction… continuer à prendre des cours est impératif pour les chanteurs. La soprano Sharon Coste, qui enseigne au conservatoire de Bordeaux, a eu un professeur tant qu’elle s’est produite sur scène : « On ne peut pas être son propre juge. Notre regard critique n’a rien à voir avec la confrontation avec un professeur. » Quand elle quitte le Canada pour la France, après ses études, la soprano met trois ans à trouver la bonne personne. « Je l’appelais dès que je préparais un nouveau rôle. Pendant plusieurs heures, on mettait tout en place ensemble et je pouvais ensuite continuer mon travail, seule. » Sharon Coste distingue par ailleurs le professeur « de tous les jours », une oreille régulière pour le travail de fond, des oreilles plus ponctuelles, celles de solistes dont elle a pu suivre les classes de maître.

Pour lire la suite (80 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1,50€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :