Lola Kirchner, scénographe par nature

Metteuse en scène et agricultrice, deux professions qui s’accordent à merveille au caractère bien trempé de Lola Kirchner. Collaboratrice régulière de l’Arcal ou du Palazzetto Bru Zane, elle est aussi présidente de l’Adear de Haute-Garonne, un réseau d’accompagnement à l’installation des nouveaux agriculteurs.
Son exploitation de huit hectares ? Lola Kirchner en parle comme d’autres décriraient un tableau. S’attardant sur les couleurs. La composition. Les motifs. La ligne d’horizon. Les yeux fermés, on imagine un paysage du Midi à la Renoir. Avec ses bas de vallons lourds et humides. Sa forêt ombrageuse. Ses coteaux luminescents bordés d’herbes sèches. Son verger où pâturent les bêtes… Pas de doute, Lola Kirchner sait vous planter un décor. Peut-être parce que, à 31 ans, ce petit bout de femme, au sourire toujours plus grand qu’elle, en a fait son métier. Lorsqu’elle ne s’occupe pas des plantations de son domaine, elle parcourt les routes pour mettre en scène des opéras. Ou en assurer la scénographie. Comme pour ce Fantasio d’Offenbach, avec lequel elle tourne en ce moment aux Pays-Bas, avec la troupe Opera Zuid. Elle en a signé les décors et les costumes, aux côtés du metteur en scène Benjamin Prins. « Lola a un rapport très immédiat aux choses, concède ce dernier. À l’objet, dont elle tire une poésie infinie. Une immédiateté qui n’est sans doute pas étrangère à son rapport très profond à la nature. »

Pour lire la suite (82 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1,50€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :