Jean-Claude Petit: «Le rôle des artistes est de s’engager»

Fanny Guyomard 07/05/2019

Le compositeur et chef d’orchestre Jean-Claude Petit a signé, avec 1500 autres personnalités culturelles, la tribune en soutien aux Gilets jaunes. Il nous explique pourquoi. 

Pourquoi soutenez-vous les Gilets jaunes ?
Parce que comme le dit le titre de la tribune, “je ne suis pas dupe” de ce qui se dit et se fait du côté du gouvernement, qui discrédite à tort les manifestants. Je suis donc solidaire des Gilets jaunes, qui ne sont pas si nombreux, mais expriment des idées soutenues par plus de personnes que l’on n’en voit dans la rue. Ils ont provoqué des hausses de certaines rétributions et salaires qui n’auraient jamais été acquises sans cette pression. On chiffre cela à 20 milliards d’euros ! Mais ces avancées ne sont pas suffisantes.

Quelles idées vous touchent le plus ?
Ces réformes ne me concernent pas directement, mais je suis plus particulièrement solidaire de ceux qui ont les revenus les plus faibles. Et je suis contre la répression policière.

La pétition insiste sur le soutien aux manifestants, contre leur “discrédit”…
Il peut exister un discrédit de classe. Et une réaction de peur vis-à-vis des casseurs, ce que je peux comprendre. Mais il faut aussi pointer la violence du côté du pouvoir. En France, manifester est un droit, et quand on voit ce qui s’est passé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, quand des Gilets jaunes, qui n’avaient rien fait de mal et fuyaient les gaz lacrymogènes, ont été réprimés de façon indigne et mis en examen...

Pourquoi attendre six mois après le début du mouvement pour faire entendre votre voix ?
Parce que jusqu’ici il n’y avait pas eu de pétition du monde de la culture, et j’ai été frappé par le nombre de personnalités importantes qui ont participé à celle-ci. On dépasse les 1500 signatures ! Cela est significatif de le faire maintenant, après les propositions de réformes du gouvernement, et la décision des manifestants de prolonger leur mouvement.

Vous parlez de grande personnalités qui ont signé la pétition (comme les actrices Emmanuelle Béart, Juliette Binoche, les écrivains Alain Damasio ou Annie Ernaux…). Mais pourquoi si peu de personnalités du monde de la musique ?
C’est vrai. Des gens de la musique, il y en a peu. En général ils préfèrent s’exprimer à travers la musique, justement. En ce qui me concerne, je suis engagé et je n’ai aucune raison de dissimuler ce que je pense. On peut etre musicien, chef d’orchestre ou compositeur et exprimer ses idées, car la musique n’est pas déconnectée de la société. Par exemple lorsque je m’engage en faveur des droits d’auteurs, en tant que président du Conseil d’administration de la Sacem… On prend des risques en s’engageant, mais j’estime que c’est le rôle des artistes de le faire.

Propos recueillis par Fanny Guyomard

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack