Quand les professeurs se lancent sur YouTube

Suzanne Gervais 12/06/2019

Trois enseignants de conservatoires d’arrondissement parisiens ont décidé de lancer leur chaîne YouTube, dédiée à la pédagogie du violoncelle. Une initiative qui témoigne de l’intérêt croissant des pédagogues pour la plateforme.

L’Orchestre symphonique de la radio de Francfort : 111 000 abonnés ; le trio Wanderer : 10 000 ; le corniste américain Marc Papeghin : 38 000… Orchestres, ensembles ou solistes : les interprètes de musique classique sont de plus en plus présents sur YouTube. Un investissement souvent chronophage, mais rentable en termes de visibilité et de communication. Dernier exemple en date : le clarinettiste Raphaël Sévère (24 ans) qui vient de lancer sa chaîne, consacrée à son instrument. Moins médiatisés, les enseignants ne sont pas aussi présents sur le terrain numérique… à quelques exceptions près.

Le répertoire pédagogique, grand absent de YouTube

Les violoncellistes Valérie Aimard et Antonina Zharava, ainsi que le pianiste Cédric Lorel, tous trois professeurs aux conservatoires des 6e et 13e arrondissements de Paris, ont décidé de se lancer. « Il existe 250 versions du Cygne de Saint-Saëns sur YouTube, mais quasiment aucune vidéo de pièces pédagogiques, si ce n’est des enregistrements d’auditions d’élèves… constate Valérie Aimard. C’est un manque, d’autant que les professeurs et les élèves consultent énormément YouTube. » En octobre, les trois collègues commencent à se filmer en train de jouer leur sélection d’une soixantaine de pièces pédagogiques pour les quatre premières années de violoncelle : la Sérénade espagnole de Ronchini, le Menuet pour Casals de Hekking, Stormy Weather de Golterman… Des pièces souvent peu connues du grand public, mais incontournable quand on apprend l’instrument.

Fédérer une communauté

La chaîne “Cello Kids” sera lancée en septembre, mais une trentaine de vidéos seront postées dès juillet. « Nous voulons qu’elle soit un support de travail pour les élèves, mais qu’elle permette aussi à nos collègues professeurs de renouveler leur répertoire pédagogique. Une bibliothèque en images, en fait », explique la violoncelliste. Les trois enseignants, prévoient, dans le futur, de poster des vidéos “mode d’emploi” où ils donneront les clés pour travailler tel ou tel morceau. Ils s’attaqueront au répertoire pédagogique du deuxième cycle l’année prochaine. L’objectif : créer un lien entre les violoncellistes. « Il y a des instruments qui fédèrent une communauté, le violoncelle en fait partie : nous avons par exemple une Association française du violoncelle. YouTube peut permettre de rassembler davantage et même de dépasser les frontières. » Valérie Aimard et ses collègues réfléchissent d’ailleurs à sous-titrer leurs vidéos en anglais.

YouTube apparaît ainsi comme un moyen d’expression gratuit et efficace pour les enseignants, de plus en plus nombreux à se tourner vers la plateforme. Barnabé Janin, professeur au CNSMD de Lyon, y délivre ses leçons de polyphonie Renaissance. Claude Abromont, professeur d’analyse musicale dans l’autre CNSMD, à Paris, a également lancé sa chaîne. Reste à trouver la forme qui fasse mouche pour retenir l’attention des internautes. Le défi étant d’être visible sur une plateforme gouvernée par les algorithmes. Dans le cas des professeurs de musique, le bouche-à-oreille pourrait être déterminant.

Suzanne Gervais

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous