Les vertus du chant choral

27/06/2019
L’été est propice, en France et en Europe, à l’éclosion d’un nombre impressionnant de festivals musicaux dont la quasi-totalité repose sur des musiciens professionnels.

Il ne faudrait toutefois pas oublier les nombreux festivals participatifs, du Festival national de théâtre contemporain amateur de ­Châtillon-sur-Chalaronne (Ain) aux Choralies de Vaison-la-Romaine, qui permettent aux amateurs d’être à la fois les rouages, les artistes et le public d’un rassemblement culturel.
Le chant choral est un des vecteurs de ces grands rassemblements en Europe – il suffit de consulter les actions de l’European Choral Association/Europa Cantat – car sa base ne repose pas sur la seule attractivité d’une affiche de concerts le temps d’un été. Ateliers dans la journée, séances collectives de chant, scènes ouvertes : ce sont autant de propositions pour découvrir de nouveaux répertoires, élargir ses horizons culturels, suivre des formations (techniques, vocales, pédagogiques) à destination des chefs de chœur comme des choristes… La prolongation, en somme, d’une pratique chorale en plein boom en Europe et dont on sait que chaque répétition est un moment d’enseignement partagé.
Rassemblement et partage. Voilà deux valeurs qui permettent, grâce au chant choral, des rencontres intergénérationnelles, une intégration sociale avec différents publics (empêchés, captifs, nomades) et pour qui le chant choral n’est pas seulement un plaisir, mais aussi une valorisation de soi, un décloisonnement culturel et social qu’il est toujours plus facile de maintenir que de briser. L’harmonie des voix apparaît comme un moyen de changer le regard des autres – le sien aussi –, le concert est un espace de rencontre, la polyphonie le rassemblement de voix différentes, mais qui chantent ensemble. La différence est alors vécue comme un enrichissement. Le chœur relie les gens sans qu’ils aient besoin d’échanger une parole.
Ces festivals mettent en valeur le travail des amateurs. Le milieu du chant choral est en réalité l’un des plus décloisonnés, avec des échanges constants et féconds entre amateurs et professionnels.
« Le poème est le chemin le plus court d’un homme à un autre », a écrit Paul Éluard et le chant choral, souvent son plus bel écrin. Vous en doutez ? Rendez-vous aux 23es Choralies, du 1er au 9 août !

Jacques Barbier, président d’À Cœur Joie-France

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous