Europe : un nouveau commissaire pour la culture

Antoine Pecqueur 10/09/2019
Le Grec Margaritis Schinas vient d’être chargé de « la protection du mode de vie européen ».
La nouvelle présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé ce mardi la composition de son équipe. Pour la première fois, le nouvel exécutif européen est quasiment paritaire, avec 13 femmes et 14 hommes.
Autre première : il n’y aura pas de commissaire chargé uniquement de l’éducation et de la culture, comme c’était le cas jusqu’à présent. Le Grec Margaritis Schinas obtient le poste de « la protection du mode de vie européen ». Que recouvre une  appellation aussi étrange ? La lettre de mission que lui a adressée Ursula von der Leyen nous éclaire : le commissaire sera chargé des questions d’égalité et de diversité, d’éducation, de culture, mais aussi l’intégration des migrants, ou encore la reconversion professionnelle.

Vice-président

La bonne nouvelle pour la culture est que Margaritis Schinas a le statut de vice-président. Il est l’un des huit commissaires à avoir obtenu ce titre, qui lui offre un poids politique certain. Son prédécesseur, le Hongrois Tibor Navracsics, avait la seule fonction de commissaire. Par contre, son périmètre d’action est plus large, et sans doute la question migratoire occupera une grande partie de son activité – d’autant plus que Margaritis Schinas est très attendu sur ce sujet dans son propre pays. Le commissaire, qui s’est formé au Collège d’Europe, à Bruges, a fait une grande partie de sa carrière à Bruxelles, où il a notamment été porte-parole de la Commission européenne. Dans son pays, il a été membre du parti conservateur Nouvelle démocratie. Pro-européen et libéral, Margaritis Schinas n’a jusqu’alors occupé aucun poste lié à la culture. Rappelons que la nomination de son prédécesseur, en 2014, avait déclenché une bronca, car Tibor Navracsics était issu du Fidesz, le parti de Viktor Orban.

La vraie bataille va maintenant se jouer sur le terrain budgétaire. Le budget d’Europe Créative est de 1,5 milliard d’euros pour sept ans, ce qui représente seulement 0,15 % du budget de l’Union européenne. Un grand nombre de parlementaires européens militent pour une augmentation de ce budget – même s’il convient aussi d’y ajouter la part des fonds structurels dédiée. Reste enfin à voir si la culture pourrait à l’avenir avoir une compétence plus importante au niveau européen et ne pas se limiter à une simple compétence d’appui, c’est-à-dire qu’il ne peut y avoir aujourd’hui d’harmonisation des dispositions législatives des États membres.

Antoine Pecqueur

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous