Musiciennes et directrices d’institutions lancent un collectif pour l’égalité dans le monde de la musique classique

Suzanne Gervais 26/09/2019

L(’)Egalité. C’est le nom du collectif constitué par plusieurs professionnelles de la musique classique. Leur objectif ? Travailler sur des sujets concrets ayant trait à la parité. En exclusivité, la présentation du projet.

«Ce collectif a pris forme il y a un an...
La suite de l'article (99 %) est réservée aux abonnés...
Nous étions plusieurs femmes issues des différents métiers de la musique de répertoire et de création à discuter de nos quotidiens et à remarquer que les intentions d’égalité entre hommes et femmes, exprimées officiellement, étaient encore loin d’être appliquées sur le terrain. Ce constat ne concerne pas que les nominations : certains corps de métiers demeurent extrêmement “genrés”, tant du côté des métiers techniques, que de ce qui relève de la programmation, de la communication, des interprètes… Être régisseuse et intermittente par exemple, ou bien compositrice, gérer une carrière de soliste… Autant de réalités qui sont directement liées à la notion d’égalité. Les programmations demeurent majoritairement masculines et en faire bouger les lignes obéit à des enjeux complexes. Au-delà des problématiques de recrutement, qu’il en aille de la visibilité, de l’implication dans la gouvernance, des conditions salariales ou de la vigilance en matière de discrimination et de harcèlement, les sujets dont il faut s’emparer sont nombreux, et nous souhaitons, pour cela, unir nos forces et nos idées. 

Et par là même, permettre à des femmes qui en ont trop rarement l’occasion, d’échanger, de se soutenir. En réunissant interprètes, compositrices, musicologues, directrices d’institutions publiques, personnalités issues du secteur privé et plus généralement celles qui contribuent à la vie des lieux de musique, nous nous retrouvons une fois par mois pour inventer de nouvelles façons de travailler ensemble. Actuellement nous travaillons, par exemple, à la question des processus de nomination : comment élaborer des propositions concrètes pour instaurer plus d’égalité et de légalité dans les processus de recrutement ?»

Signataires : Anouck Avisse (codirectrice du Grame-CNCM/Lyon), Elsa Biston (compositrice, metteuse en ondes), Alexandra Bobes (directrice de France-Festivals), Clothilde Chalot (PDG de NoMadMusic/NomadPlay), Valérie Chevalier (directrice générale de l’Opéra-Orchestre national Montpellier-Occitanie), Laurence Coupaye (responsable accueil des publics à l’Opéra-Comique) Célimène Daudet (pianiste), Aliette Delaleu (journaliste), Émilie Delorme (Directrice de l’Académie d’Aix-en-Provence), Chrysoline Dupont (directrice de la programmation de l’Orchestre de chambre de Paris), Charlotte Ginot-Slacik (dramaturge auprès de l’Orchestre du Capitole de Toulouse et professeur au CNSMD de Lyon), Nathalie Moine (conseil artistique, développement institutionnel), Aurélie Saraf (harpiste), Sylvie Pébrier (inspectrice au ministère de la Culture et professeur au CNSMD de Paris), Aude Tortuyaux (déléguée à la programmation et au développement d’Insula Orchestra)…

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous