Le changement… c’est maintenant ?

Rédaction 27/09/2019
Les femmes ont toute leur place dans La Lettre, toute l’année. Et pourtant, elles méritent qu’un numéro leur soit consacré. Il ne s’intitule pas “l’égalité” ou “la parité”, mais bien “les femmes”.

Bienvenue dans leurs réalités. Il faut mettre au jour ce qu’elles vivent parfois au cours de leur carrière. Nous contribuons modestement à lever le voile pudique qui s’impose souvent en société. Nous traitons les situations de discriminations, entre autres, et de la maternité de la musicienne.

Emmanuel Macron a fait de l’égalité femmes-hommes une priorité du quinquennat et le ministère de la Culture exige des démarches proactives sur le sujet – comme des listes paritaires dans le cadre des recrutements aux postes de direction – avec des conséquences sur les subventions. Cependant, malgré le conseil avisé de l’inspection générale des affaires sociales en 2018, Édouard Philippe a balayé la perspective d’un allongement du congé paternité – qui n’est rien d’autre actuellement qu’un passage éclair. « Il ne s’agit pas d’une priorité. » Circulez. Loin de nous l’idée de réduire les femmes au destin de mère en évoquant le sujet de la maternité (personne ne songerait à agir de même avec la paternité) ou de contribuer à renvoyer une image de la femme qui serait celle d’un être contraint, faisant face à des difficultés. Au contraire, nombreuses sont les représentations positives qui circulent dans ces pages.

Le sujet est bien là : il nous faut tous veiller à révéler les modèles qui permettront aux générations suivantes de se projeter : cheffes d’orchestre, luthières, percussionnistes, directrices d’établissements, présidentes. Inconsciemment ou consciemment, nous cherchons tous à travailler avec des semblables, à se rester “entre nous”. Ce n’est pas cela, la République.

Dans un monde aussi institutionnel que le nôtre, où certaines pratiques de nomination et de gestion des équipes sont encore bien loin d’honorer les valeurs démocratiques, sommes-nous réellement prêts à la disruption dans les façons de penser, de créer, de travailler, que causerait une véritable parité, et plus largement une diversité d’âges, de cultures, d’origines ? La nomination en cours à la tête du Conservatoire de Paris, dont l’issue ne saurait tarder à être connue, y répondra.

Ce numéro suscitera sûrement des réactions. La rubrique “Tribune” vous appartient. Et parce qu’il est si facile de se poser en censeur, mais moins aisé de se remettre en question, nous prenons le ferme engagement auprès de nos lecteurs de veiller à une meilleure parité des journalistes comme des personnes interrogées. Toute l’année.
Marie Hédin-Christophe et Antoine Pecqueur
La suite de l'article ( %) est réservée aux abonnés...
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous