André Fertier : « Le rapport du ministère sur la musique et le handicap doit faire date »

Suzanne Gervais 09/10/2019

« L’accessibilité dans le champ du spectacle vivant » : ce rapport accablant sur l’accès des personnes handicapées à la pratique culturelle, rédigé en 2016, le ministère de la Culture n’avait pas souhaité le rendre public. Il aura fallu trois ans pour qu’il soit accessible. André Fertier, président de Cemaforre, s’en réjouit.

« Spectacle vivant, accessibilité des concerts et des œuvres musicales, conservatoires, pratique amateur… ce rapport établi par Catherine Meyer-Lereculeur, chargée de mission au ministère de la Culture, est très dense et recouvre tous les secteurs du monde musical.  Hélas, sa publication a été trop discrète et...
La suite de l'article (90 %) est réservée aux abonnés...

peu de professionnels du secteur musical savent qu’il est à portée de main, en quelques clics. Or, c’est une bible, une base de données essentielle pour les enseignants, les directions de conservatoires et les équipes des salles de concerts… On trouve de nombreuses préconisations dans ce rapport. Prenons les conservatoires. La situation est alarmante : l’accueil des élèves handicapés y est sans commune mesure avec l’accueil des élèves valides. Une majorité de conservatoires ignore la question et, pire, parmi ceux qui ont une vraie politique d’accueil, certains refusent d’en faire la publicité, de communiquer sur ce qu’ils mettent en place, de peur que le fait d’avoir des élèves handicapés dans les classes nuise à l’image de l’établissement, à une certaine vision de ce que doit être l’excellence artistique ! Il faut arrêter d’avoir une imagine aussi archaïque du handicap. Et Michel Petrucciani ? Et Felix Klieser [corniste virtuose atteint de malformation congénitale – il est né sans bras – et qui joue avec ses pieds NDLR] ? Dans le rapport, il est aussi question des fameux « ateliers-ghettos », dans lesquels certains établissements rassemblent les élèves handicapés pour faire de l’animation, et certainement pas des cours de musique, et qui sont, le souligne Catherine Meyer-Lereculeur, « totalement discriminatoires ». Ne pourrait-on pas profiter de la réforme des conservatoires, dont on entend beaucoup parler, avec notamment la révision du système de classement des établissements, pour changer les choses ? L’auteure du rapport préconise que le ministère tienne compte des mesures prises par l’école de musique ou le conservatoire pour accueillir les élèves handicapés lorsqu’il lui attribue un label. Ce serait un critère parmi d’autres... L’accent est mis aussi, sur la nécessité de former des gens qui formeront à leur tour des enseignants à l’accueil d’élèves handicapés. Un sujet qui inquiète souvent les professeurs et qui freine les directions. Bref, le chantier est immense, mais, avec un tel document entre les mains, la balle est dans le camp de l’Etat, des collectivités et des directions des conservatoires. »

Cemaforre est le Pôle européen de l’accessibilité culturelle.

Propos recueillis par Suzanne Gervais

A lire, nos nombreux articles sur le sujet, dans les conservatoires et les orchestres.

 

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous