Concerts en appartement : la musique comme à la maison

Dans le quartier populaire de la Goutte d’Or à Paris, un libraire organise chez lui des concerts de musique classique et contemporaine. Gratuits et ouverts à tous, ces événements fonctionnent uniquement via le bouche à l’oreille. Immersion.

Pas de file d’attente à affronter ni de ticket à présenter à l’entrée, il suffit de presser la sonnette à l’heure dite pour être mené dans un vaste salon avec moulures et parquet en point de Hongrie. Ce soir-là, plus de 70 spectateurs ont fait le déplacement pour écouter les musiciens de Carabanchel, groupe à géométrie variable dont le répertoire oscille entre création contemporaine et musique sud-américaine.

La suite de l'article (77 %) est réservée aux abonnés...

Pendant une heure, piano, violon, guitare ou encore clarinette font régner l’esprit festif et avant-gardiste de cette formation crée en 2013 et emmenée par l’argentin Fernando Fiszbein, également directeur artistique de l’ensemble 2e2m « J’ai trouvé cela super ! Le niveau d’écoute était total. On est proches des spectateurs et on les voyait voyager avec nous. L’acoustique de la salle est très bonne. On dirait vraiment un salon parisien dans lequel Ravel aurait pu jouer avec ses amis », nous dit Fernando Fiszbein.Un enthousiasme partagé par les autres membres de Carabanchel comme la violoncelliste Clotilde Lacroix : « Je pense qu’il y a un a priori plutôt bienveillant de la part du public. On est moins attendu au tournant. Il y a un réel échange, on joue quasiment sur les genoux des gens ! », s’amuse la jeune femme de 34 ans.

A l’issue du concert, un verre de l’amitié permet de prolonger ce moment de convivialité. Un rituel auquel l’hôte des lieux, le libraire Alban Caussé, tient beaucoup. « Je trouve que cela participe de la qualité d’une soirée. Cela permet d’être à côté des artistes et de pouvoir leur dire ce que l’on a pu ressentir. Il n’y a pas la barrière de la loge. Je pense que les gens ont envie de casser les codes et de vivre aujourd’hui la musique avec simplicité ».Une belle manière de réinventer dans un quartier populaire la tradition des salons romantiques.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous