Mobilisation d’étudiants du CNSMD de Paris contre la réforme des retraites

Antoine Pecqueur 13/12/2019

Un groupe de manifestants s’est formé au Conservatoire de Paris pour s’opposer à la réforme des retraites. L’un des étudiants, Camille (son prénom a été modifié) répond au nom du groupe à nos questions.

 

Quel regard portez-vous sur la réforme des retraites proposée par le gouvernement?

C’est un nouveau recul inacceptable du niveau de vie des plus modestes. Cette réforme va appauvrir les anciens et épuiser davantage celles et ceux qui sont au travail et qui devront y rester plus longtemps.

En ce qui concerne notre secteur d’activité, le constat est sans appel : nous y perdons sur tous les tableaux. Intermittents du spectacle, enseignants en conservatoire, concertistes, ingénieurs du son, danseurs, tous ces métiers dont les carrières ont des spécificités intrinsèques (carrières en dent de scie, études parfois très longues, limites physiques liées à la pratique…) seront impactés par le projet de loi du gouvernement qui décide, sous couvert d’une fausse “égalité moderne”, de ne pas en tenir compte.

Vous vous sentez donc solidaires du mouvement de mobilisation contre cette réforme?

Nous nous sentons solidaires, bien sur, mais bien plus : nous voulons en être. 
Cette réforme nous concerne en tant que salariés ou futur salariés, en tant que travailleurs et travailleuses. Mais elles nous touche aussi en tant qu’artistes. Il y a une hypocrisie insupportable de la part du gouvernement à  prétendre promouvoir l’art pour tous et à enfoncer toujours plus de gens dans la misère sociale.

Quelles actions menez vous au CNSMD en réaction à cette réforme ?

Tout d’abord,  notre souhait est d’informer et de susciter une discussion avec le maximum d’étudiants, ainsi que tout le personnel du conservatoire, quelles que soient les opinions de chacun au sujet de la réforme. Ceci est d’autant plus important dans un lieu où la prise de parole sur des sujets politiques est plutôt rare. Pourtant, nous sommes convaincus que les artistes ont une place particulière dans la société, dont il faut se saisir : nous invitons tout le monde à réfléchir à la parole que nous voulons porter et à l’idéal de société que nous voulons défendre.

Nous organisons aussi des départs du conservatoire pour les manifestations, en cortège, avec banderoles et pancartes. Nous sommes un groupe très hétérogène, avec primo-manifestants, syndiqués, gilets jaunes, anarchistes ou simples militants. Nous veillons donc les uns sur les autres pendant la manifestation, nous continuons d’échanger ensemble; cela donne lieu à une émulation politique et artistique et crée des liens forts, qui vont durer ! 

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous