Coronavirus : l’attitude des conservatoires face aux élèves chinois

Mathilde Blayo 03/02/2020

Entre psychose et précaution, les établissements sont vigilants sur les risques de propagation de l’épidémie.

L’épidémie de pneumonie virale 2019-nCoV a contaminé plus de 17 200 personnes dans le monde, dont plus de 360 mortellement. Signalée dans une vingtaine de pays, elle force les Etats concernés à certaines précautions, parfois extrêmes.

Suspension des cours à Rome

A Rome, la direction du conservatoire de Santa Cecilia a indiqué à tous ses étudiants que les cours étaient suspendus pour les élèves « orientaux », qui devraient se soumettre à une visite médicale, mercredi 5 février, avant de pouvoir reprendre leur formation.

« Des étudiants chinois, japonais, coréens sont interdits de cours », nous confirme un étudiant de Santa Cecilia, joint par téléphone. Le journal italien La Repubblica se fait l’écho de l’incompréhension des enseignants et des élèves, indiquant que la majorité des étudiants d’origine asiatique du conservatoire vivent à Rome depuis longtemps et n’ont plus forcément de lien avec le pays de leurs parents, voire de leurs grands-parents. Le directeur du conservatoire a affirmé au quotidien que cette décision a été prise en accord avec l’ambassade de Chine en Italie.

Des conservatoires vigilants

Au CNSMD de Paris, il n’y a pas eu de suspension de cours mais le ministère de la culture a bien donné des consignes pour un suivi de la situation. Les élèves du conservatoire doivent indiquer à la direction s’ils sont allés en Chine dans les dernières semaines. Sur les 1205 élèves que compte l’établissement, 9% viennent d’Asie du Sud-Est, de Chine, de Corée et du Japon.

Au CNSMD de Lyon, les échanges prévus avec la Chine ont été reportés à une date ultérieure. Les gestionnaires invitent les étudiants à consulter un médecin lorsqu’une absence est signalée. Cécile Huin, cheffe du service des études, indique que très peu des étudiants asiatiques sont rentrés chez eux pour Noël. Mais si l’épidémie perdure, il n’est pas impossible que des précautions supplémentaires soient prises au moment des concours d’entrée, pour lesquels de nombreux étudiants chinois, taïwanais, coréens et japonais sont candidats. Sur les 149 étudiants étrangers du CNSMD, 44% sont originaires d’Asie dont 17% du Japon, 11% de Taïwan, 9% de Corée du Sud et 5% de Chine Populaire.

Quarantaine

A l’Ecole normale de musique, qui compte environ 12% d’étudiants chinois, les enseignants ont communiqué à l’administration les noms de leurs élèves chinois rentrés chez eux pendant les fêtes de Noël. « Nous avons contacté tous ceux qui sont toujours en Chine pour leur demander leur date de retour, à la mi-février pour la plupart, et leur indiquer qu’ils ne pourront réintégrer l’école que deux semaines après leur retour en France avec l’obligation de fournir un certificat médical », indique Françoise Noël-Marquis, directrice du lieu. « Les étudiants ont bien pris la chose et se montrent coopératifs. Pour ceux qui sont rentrés début janvier, nous n’avons aucun cas suspect. » Les indications du ministère de la santé pour prévenir l’épidémie ont été affichées dans l’établissement. Du liquide désinfectant a été installé à l’entrée et les étudiants « doivent l’utiliser à l’entrée et à la sortie du bâtiment », indique la directrice.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous