Coronavirus : annulation de tournée en Asie

Mathilde Blayo 04/02/2020

Le Boston Symphony Orchestra est le premier orchestre à avoir annulé sa tournée en Asie. Les autres phalanges, notamment françaises, restent attentives à l’évolution de la situation.

Le coronavirus continue de se répandre en Chine, avec plus de 20 000 personnes contaminées, faisant 425 morts sur le territoire selon les autorités. Un premier décès a eu lieu à Hong Kong, mardi 4 février, où sont enregistrés 17 cas confirmés.

Le Hong Kong Arts Festival, qui se tient en ce moment dans la cité état, a fermé ses salles de concert jusqu’au 17 février, annulant un sixième de sa programmation, dont le concert du Boston Symphony Orchestra.

Celui-ci a finalement annulé l’ensemble de sa tournée en Asie pour laquelle huit dates étaient prévues à Hong Kong, Shanghai, Taipei et Séoul. Cette décision fait également suite aux mesures prises par le gouvernement américain pour éviter la propagation du virus. Les Etats-Unis ont annoncé que l’entrée sur le territoire serait interdite à tous les non-Américains s’étant rendus en Chine dans les 14 derniers jours. Les ressortissants Américains seront soumis à une quarantaine.

Le National Symphony Orchestra de Washington, qui a plusieurs dates prévues prochainement en Chine et au Japon, risquerait également d’annuler sa tournée.

Des implications économiques

La Chine est devenue un marché très important pour la musique classique, avec plus de 200 salles consacrées au répertoire classique. La Philharmonie de Paris organise ainsi un colloque les 19 et 20 mars pour comprendre les particularités de ce marché à fort potentiel. Une dizaine d’intervenants chinois sont attendus. Il n’y a aucune annulation envisagée pour le moment mais les organisateurs sont attentifs à l’évolution de l’épidémie.

La situation est la même pour l’Orchestre Philharmonique de Radio France qui signait un partenariat avec le China Philharmonic Orchestra en novembre 2019. L’orchestre français a cinq concerts prévus en Chine et trois au Japon à partir de mars. « Il y a un certain nombre de salles qui sont fermées pour le mois, mais c’est encore trop tôt pour annuler la tournée », considère Jean-Marc Bador, délégué général de l’orchestre.

Une précaution qui s’explique aussi par le coût qu’engendrerait une annulation, les assurances ne couvrant pas tous les frais engagés. Dans le cas du Boston Symphony, le New York Times rapporte que l’orchestre ne dispose pas d’assurance pour les annulations de tournée et doit maintenant négocier pour les billets d’avions, les hôtels et les salles de concert afin d’atténuer la perte.

Pays de transit

« Même si les musiciens ne sont pas forcément inquiets, il faut tenir compte des recommandations des pays de départ », explique Tuc May Locke, agente chinoise qui travaille pour Intermusica, agence anglaise spécialisée dans les tournées des orchestres. « Nous devons également faire attention au transit des musiciens par la Chine. Même s’ils ne font que passer sur le territoire, certains pays comme l’Australie ou la Russie ont quand même mis en place un système de quarantaine pour toute personne arrivant de Chine. » Pour le moment, l’agence n’a pas de clients concernés mais reste quotidiennement informée des évolutions sanitaires et des décisions politiques sur l’ouverture des frontières.

Si peu de structures ont dû annuler leur concert c’est que la période est traditionnellement calme en Chine. « Les fêtes du nouvel an et les vacances de printemps viennent tout juste de finir, explique Mathilde Bezard, chargée de mission musique classique et contemporaine à l’Institut Français. La programmation musicale est vraiment légère durant cette période et reprend surtout au printemps. » A l’Ambassade de France à Beijing, on assure que « la crise sanitaire n’a pas d’impact direct sur notre politique de soutien aux projets artistiques. » En prévention tout de même, le service culturel a « reporté les événements artistiques du mois de mars au Festival croisements » qui dure d’avril à juillet.

Reste à voir comment l’épidémie évolue. D’autres grandes rencontres culturelles pourraient être touchées, comme le French May qui se tient à Hong Kong au mois de mai et doit déjà s’adapter aux bouleversements politiques qui agitent la cité état.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous