« Bach aux balcons » : la musique malgré le Covid-19

Mathilde Blayo 16/03/2020

Alors que la France se confine chaque jour davantage face à l’épidémie de Coronavirus, la « Classical revolution » appelle tous les musiciens français à jouer depuis leurs balcons. Premier rendez-vous ce mardi à midi.

A 18h, vendredi 13 mars, les italiens entonnaient leur hymne national depuis les fenêtres et les balcons, en plein confinement pour faire face au Covid-19. Un air d’opéra, de la pop italienne… musiciens et chanteurs du moment ont fait vivre et communier leur rue dans une période particulièrement difficile pour le pays puisque l’Italie est le plus touché d’Europe par l’épidémie, avec plus de 24 000 cas.

L’initiative musicale italienne, née sur les réseaux sociaux, a donné des idées à Sarah Niblack, responsable de la « Classical revolution » en France, qui appelle les musiciens de France à jouer depuis leurs balcons ce mardi.

Concert hebdomadaire

 L’opération « Bach des balcons » doit donc avoir lieu mardi 17 mars à midi. « J’invite tous les musiciens à jouer la première suite pour violoncelle de Bach pour ce premier mardi de confinement, explique l’altiste Sarah Niblack. Ce « mardi à midi » pourrait devenir notre rendez-vous musical de la semaine si le confinement doit durer. On pourrait avoir un semblant de programmation d’une semaine à l’autre. » Un événement Facebook a été créé pour l’occasion et une centaine de personnes se disent pour le moment intéressées. « Des musiciens de grands orchestres, des professeurs, des intermittents vont participer. C’est important qu’on sente qu’on n’est pas tout seul. » Un esprit de partage qui doit permettre de remonter le moral de professionnels de la musique mis en grande difficulté par cette crise. 

Classical Revolution

« Nous les musiciens, nous avons vu nos engagements et tous nos spectacles s’évaporer, alors il faut trouver un autre moyen de remplir notre mission, d’amener la musique au grand public et de donner de la joie à nos voisins », considère Sarah Niblack. Née en 2006 à San Francisco et arrivée à Paris il y a huit ans, la Classical Revolution a pour but d’amener la musique classique dans des milieux où elle n’est pas habituellement écoutée. « Nous jouons dans des bars et clubs de rock’n’roll par exemple » rapporte l’altiste. L’organisation compte une quarantaine d’antennes à travers le monde.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous