Coronavirus : l’impact sur les conservatoires

Mathilde Blayo 20/03/2020

Face à l’épidémie, les établissements ont dû s’adapter en urgence. Permanence, mobilisation du personnel dans d’autres services, pédagogie à distance… Etat des lieux.

 

EN RAISON DES ÉVÉNEMENTS LIÉS À L’ÉPIDÉMIE, LES ARTICLES D’ACTUALITÉ SONT EN ACCÈS LIBRE 

 « Vendredi dernier nous semble déjà être il y a une éternité », soupire Aurélien Daumas-Richardson, directeur du conservatoire de Caen. La semaine passée a été intense pour les administrations des établissements d’enseignement musical. Après l’annonce présidentielle, jeudi 12 mars, de la fermeture des écoles, collèges et lycées, l’incertitude dominait dans les conservatoires.

 

Recenser le personnel mobilisable

« Jeudi soir on pensait évidemment tout fermer au public, mais peut-être assurer une continuité de certains spectacles en toute petite jauge, maintenir les réunions pédagogique, se souvient Roberto Llorca, directeur du CRR du Grand Chalon. Puis samedi nous avons compris que nous devrions complètement fermer. » Dans la plupart des collectivités, les agents de la fonction publique travaillant dans les conservatoires peuvent alors être mobilisés pour soutenir d’autres services, « comme apporter de l’aide aux services de la préfecture qui reçoivent des appels téléphoniques ou accueillir les enfants des personnels dits indispensables,explique Aurélien Daumas-Richardson. Nous avons donc dû recenser les agents du conservatoire mobilisables. »

Fermeture du bâtiment

Avant la fermeture totale des locaux, une permanence a souvent été assurée pour permettre aux enseignants et aux élèves de venir récupérer des partitions, des instruments. À partir de lundi, le personnel administratif quittait un à un les lieux, cartons sous le bras. « A midi nous ne serons plus que quatre et ce soir nous fermons complètement le bâtiment », nous expliquait Aurélien Daumas-Richardson mardi, s’interrompant régulièrement pour saluer ses collègues sur le départ. « Une personne viendra deux fois par semaine vérifier le niveau d’hydrométrie de certaines pièces où nous avons des clavecins et des contrebasses », rapporte-t-il. À Bordeaux aussi, une maintenance sera assurée ainsi que la sécurité du bâtiment, laissé vide.

« Prolonger les contrats courts »

Au CRR de Bordeaux, 200 personnes doivent ainsi travailler de chez elles. Une cinquantaine de personnel administratif continue de traiter les contrats, les factures, les annulations. « C’est assez complexe à gérer, car tout le monde ne peut pas travailler à distance pour une question de matériel, ou parce qu’il y faut garder les enfants, s’occuper de proches », rapporte Maxime Leschiera, directeur de l’établissement. Parmi les 150 enseignants, certains avaient des contrats courts. « Pour le moment, la collectivité a décidé de les prolonger », explique Maxime Leschiera. Au CRR de Caen, la direction a également alerté la collectivité sur les vacataires étudiants qui avaient l’habitude de travailler pour l’accueil de spectacle et qui se trouvent aujourd’hui privés de cet apport financier.

Continuité pédagogique

Dernière étape pour les conservatoires : assurer la continuité pédagogique. « Pour le moment nous laissons éclore les initiatives en essayant de regrouper les informations », rapporte Maxime Leschiera. La question de l’accessibilité et de la maîtrise des outils informatiques risque de rendre la continuité pédagogique difficile pour certains enseignants et élèves. « Nous essayons de recenser des professeurs référents, ceux qui savent faire, pour créer des unités de tutorat », explique Aurélien Daumas-Richardson. Au CRR du Grand Chalon, les enseignants s’échangent leurs idées. « Ces outils resteront quand on rouvrira les conservatoires, considère Roberto Llorca. Il y a de bonnes choses à tirer de cette expérience. » Les enseignants s’organisent aussi sur les réseaux grâce au groupe Facebook Enseignement artistique à distance. L’association des Conservatoires de France prépare également un document d’aide au travail à distance, recensant des logiciels, des sites de ressources… « La solidarité est là, avec un nombre d’idées incroyable », rapporte Maxime Lesciera, président de l’association.

Les conservatoires doivent encore prendre des décisions importantes concernant les concours de recrutement ou les passages en année supérieure. Repousser ou passer au contrôle continu ? Les décisions pourraient être différentes selon les niveaux.

 

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous