La Lettre du musicien confiné

#6 : Juliette de Banes Gardonne, chanteuse

Lettre de confinement à Europa Rossi dites “Madama Europa”, chanteuse à la cour de Vincenzo Gonzague entre 1589 et 1610.

Chère Madame Europa,

Depuis que je vous ai découverte à travers la littérature et les chroniques de la cour de Mantoue, J’aime le prénom par lequel vous êtes passée à la postérité : Europa ; si peu commun dans la communauté juive à la fin du 16e siècle, il résonne tel un symbole d’ouverture propre à l’humanisme du Rinascimento

Si vous saviez, justement, madame, ce qu’est devenue l’Europe : la belle illusion d’une grande communauté solidaire, qui a bercé mon enfance, sombre jour après jour dans la déliquescence de l’impuissance. L’Italie, votre patrie, est la plus durement touchée par le Covid-19 et, de l’autre côté des Alpes, on attendrait presque dans notre isolement angoissé la proclamation “d’Europa anno zero”, l’annonce d’une reconstruction différente après l’effondrement total d’un système qui révèle chaque jour ses impasses…excusez mes divagations, dignes d’un pastiche rossellinien !

Madame Europa, vous, l’unique chanteuse juive célèbre en votre temps, le confinement “communautaire”, vous l’avez expérimenté, c’est même certainement lui qui est à l’origine de votre disparition professionnelle à la cour des Gonzague. Être confinée en raison d’un virus c’est une chose, l’être en raison de son appartenance religieuse c’en est une autre.. Vous avez bravé les injonctions propres à notre sexe, pour vous produire à la cour la plus puissante d’Europe. Vous portiez certainement la rouelle tel un stigmate de votre naissance avant que votre frère Salomon Rossi n’en soit exempté, cadeau de Vincenzo Gonzague pour la qualité de sa musique. Vous chantiez aux côtés de Monteverdi, révolutionnaire avéré du stile moderno, et vous expérimentiez avec d’autres femmes la polyphonie dans le concerto delle donne.

Il y a quelques soirs de cela, j’imaginais le basculement de votre vie, l’annonce officielle en 1610 de la création du ghetto de Mantoue. Il vous pendait au nez depuis plusieurs décennies : Venise avait ouvert le bal en 1516, avec ce pont fermé chaque soir empêchant les Juifs de circuler librement dans la Sérénissime. Dans le quartier del Grifone de Mantoue, je vous devine, vous et votre frère, parmi les 408 autres familles, hébétés, résignés, contraint de rester désormais dans la circonférence de votre quartier. N’est-ce pas une ironie du sort de passer de la figure du Juif errant à celle de la Juive confinée ? Vous, la femme de cette communauté maltraitée depuis l’antiquité, persécutée à travers les siècles, j’imaginais ce que vous avez pu ressentir. De l’injustice ? De la fatalité ? Avez-vous eu envie de transgresser cette loi, de vous rebeller ?  

Madame Europa, comme j’aimerais partager un “apéro zoom” avec vous, en mangeant des carciofi alla giudiaet lever quelques mystères de votre vie !

Ce basculement historique que nous vivons en ce printemps 2020 me rend anxieuse : face à l’assèchement progressif du spectacle vivant, à l’espoir qui recule jour après jour de pouvoir remonter sur scène, à l’incertitude désormais grandissante de continuer à gagner ma vie avec mon chant, j’ai besoin de manière cathartique de me raccrocher à votre figure tutélaire. Une figure pleine de zone d’ombre, mais à travers laquelle on devine votre caractère et votre détermination à pousser votre art au-delà des confins communautaires. Si les silences historiographiques sont le lot des femmes artistes dans l’histoire de l’humanité, croyez-moi encline à les forcer le moment venu pour faire honneur à votre mémoire.

Je vous serre en pensée à travers les siècles.

Française d’origine italienne, Juliette de Banes Gardonne est titulaire d’un master de chant de la Haute École de musique de Genève et d’un master d’anthropologie de l’université Lyon-Lumière. Installée en Suisse, elle mêle son activité de mezzo-soprano à celle de journaliste, notamment pour la radio Espace 2 et la Revue musicale de Suisse romande.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous