Covid-19 : La diffusion de concerts en ligne, gratuite ou payante ?

Mathilde Blayo 14/04/2020
Pendant la crise sanitaire, les salles de concert et plateformes multiplient les mises en ligne de concerts. Mais les modèles économiques différent.

Depuis le début du confinement, médias, institutions culturelles et plateformes de streaming ont mis en place des offres audiovisuelles gratuites en signe de solidarité. Chacun a rapidement dû adapter son catalogue avec une différence de fond entre structures subventionnées et entreprises privées.  

Une demande des artistes

Sur la plateforme Medici, une offre de programmes gratuits existait avant le confinement en parallèle de programmes réservés aux abonnés. « Ce modèle fonctionne depuis dix ans et nous avons toujours cru en lui, car il permet de rendre la musique classique accessible au plus grand nombre », explique Hervé Boissière, fondateur et directeur général de Medici. Depuis le début du confinement, des concerts jusqu’ici réservés aux abonnés sont passés en gratuit : « Les musiciens, les orchestres nous ont demandé que leurs concerts soient mis en ligne gratuitement. Nous avons donc créé des playlists d’orchestres », poursuit le directeur de la plateforme. La Philharmonie de Paris a également remis en ligne des contenus archivés, jusqu’ici réservés à un réseau d’enseignants de l’Éducation nationale et à certaines médiathèques : « Beaucoup d’artistes nous ont contactés au début du confinement pour nous demander de ressortir leurs archives de concerts, explique Hugues de Saint Simon, secrétaire général de la Philharmonie, chargé du numérique.  Et nous souhaitions recréer le rendez-vous du concert de 20h30. »  Chaque soir, une archive est donc diffusée sur le site de la Philharmonie.

« Dépendant de la performance économique »

Qwest, plateforme de vidéos musicales principalement dédiée au jazz (concerts, documentaires, documents d’archive…), a aussi été encouragée par les artistes et ayant-droits. L’offre d’essai gratuit est habituellement de 7 jours. Pendant le confinement, le code “30daysfree-eur” donne un accès gratuit à l’intégralité des contenus pendant un mois. Sur les réseaux, des concerts du catalogue sont diffusés chaque jour et des artistes se livrent à des interviews sur Instagram à 22h, en direct. « L’idée reste, évidemment, de drainer du trafic, en espérant qu’à terme les gens s’abonnent, mais l’esprit n’est pas de faire de la vente. Nous voulons plutôt dire : testez l’offre, prenez le temps de voir si ça vous plaît », explique Reza Ackbaraly, cofondateur et directeur de Qwest. Hervé Boissière le rappelle pour Medici : « Nous sommes une entreprise indépendante et donc complètement dépendants de notre performance économique », à la différence de la Philharmonie de Paris ou d’autres institutions publiques, qui bénéficient de subventions et pour lesquelles les opérations menées pendant le confinement visent surtout à élargir leur public.

S’habituer au gratuit

L’offre gratuite n’est-elle alors pas risquée pour les entreprises privées? « Il y a tellement de contenus gratuits en ligne, les gens ont du mal à souscrire à une offre payante. Il ne faut pas qu’ils s’habituent à un contenu gratuit », reconnait Reza Ackbaraly. S’il faut saluer les initiatives de partage très généreuses des artistes et des plateformes, Hervé Boissière considère qu’« il faudra faire de la pédagogie pour contextualiser ce phénomène de gratuité et que le public s’abonnent. Pour nous, la meilleure façon de soutenir les artistes c’est de sortir de cette crise en bonne santé financière. Il ne faut donc pas que ces offres gratuites soient des opérations kamikazes.» Dans le cas de Qwest, l’entreprise, qui compte 30% d’abonnements de plus depuis le début du confinement, entend désormais développer son offre de contenus de musique classique.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous