« Chaque mot, chaque syllabe est une note ! »

Mathilde Blayo 01/05/2020

Jérémy Lecomte double les discours des politiques à la trompette. Des vidéos captivantes et pleines d’humour ; dernière en date, le discours d’Edouard Philippe sur le plan de déconfinement.

Comment vous est venue l’idée de faire ces doublages de discours politiques à la trompette ? 

Au départ, je faisais des relevés sur partition des musiques que j’aimais bien pour m’en faire des exercices personnels. J’étais donc déjà coutumier de mettre sur partition ce que j’écoutais et je cherchais toujours à faire des choses impossibles. J’ai commencé à faire des petites vidéos pour jouer des choses normalement injouables à la trompette… Puis j’ai vu une vidéo d’une saxophoniste qui faisait de la musique sur un discours de Trump. C’est resté dans un coin de ma tête et un jour où je cherchais quelque chose de nouveau à faire je me suis dit : chaque mot, chaque syllabe est une note ! Je voulais voir ce que ça donnait sur un discours politique.

Comment faites-vous pour doubler ces discours ? 

J’ai une petite astuce pour pouvoir relever la note de chaque syllabe : je ralentis la vidéo. J’écris la note de chaque syllabe, même les hésitations : “euh”, les rires. Je n’ai pas l’oreille absolue, je vérifie toutes les notes à la trompette. Des fois c’est des quart de ton, je fais mes petits arrangements. Une fois que j’ai toutes les notes il faut mettre le rythme. Je trouve une batterie sur internet, un son que j’aime bien, et je la colle à la vidéo en essayant de la caler sur les temps forts, sur les endroits où ça ressemble à des cadences. Je ne me prends pas trop la tête pour caler la batterie. Tu peux la mettre un peu au hasard, sur une fin de phrase qui fera penser à une demi-cadence, un silence qui s’apparenterait à un break. Ca rappellera toujours quelque chose qui peut exister dans la musique composée. 

Puis j’écris le rythme à partir de la batterie. Ça me fait travailler mon oreille, le rythme, avec des intervalles que je n’ai pas l’habitude de faire. C’est vraiment un exercice qui fait partie de mon travail personnel à la trompette. C’est pour ça que je continue à faire ces vidéos. Dans la pratique de la trompette il faut faire des pauses pour ne pas s’abîmer les lèvres, j’en profite pour faire ces relevés et m’exercer différemment. 

Chaque discours a sa propre musique ? 

Il y a déjà une différence selon les langues. L’anglais swingue pas mal, ça ressemble au jazz naturellement, avec des notes qui se tordent, des accents, comme on voit dans les doublages de Donald Trump. Je triche un peu avec les accompagnements, selon l’enrobage on aura un rendu plus jazz ou contemporain. Le français est en général plus monotone mais il y a aussi des différences. Avec Jean-Luc Mélenchon notamment il se passe plein de choses dans les aigus, les grave, les piano et forte. J’en prépare une de Nicolas Maduro, qui insulte Donald Trump. L’espagnol fonctionne bien aussi. J’utilise la technique du flatterzunge pour le R roulé. Les hommes politiques jouent sur la prosodie et mettre ça en musique c’est assez drôle et révélateur. Plus la vidéo est moche et sérieuse, plus c’est intéressant d’en faire quelque chose de musical et humoristique. 

Je ne revendique rien de particulier politiquement. La moitié de mes vidéos ne sont d’ailleurs pas liées à la politiques. Ce que j’aime c’est expérimenter, doubler des rires fous, un chien qui aboie. Là où je m’amuse vraiment c’est quand je fais des collaborations avec des copains qui harmonisent la voie mélodique que j’ai écrite : ça ressemble encore plus à un vrai morceau. 

Quelle est votre formation ? 

J’ai un cursus standard de trompettiste classique. Je suis passé par Versailles, Rueil puis le CNSM de Paris en trompette et musique de chambre. En même que le CNSM, je suis entré à l’orchestre Pasdeloup où je suis toujours aujourd’hui. Je fais souvent la deuxième trompette et j’adore ça car le but est de coller le plus possible au premier trompette. Ce que je fais avec les relevés, coller à la voix des politiques c’est bien plus dur et ça m’entraine bien.

J’ai également rejoint l’Harmonie de la musique de l’air. J’ai beaucoup de projets de musique de chambre, un groupe de musique de métal/rock, un spectacle humoristique avec des copains, je fais régulièrement des comédies musicales... L’idée c’est d’explorer les choses les plus folles !

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous