Culture : une reprise de l’activité sous contraintes

Antoine Pecqueur 29/05/2020

Edouard Philippe a annoncé, jeudi 28 mai, la réouverture des salles de spectacle à partir du mois de juin. Mais cette sortie de crise pose encore un grand nombre de questions… Analyse.

La présentation de la deuxième étape du plan de déconfinement, jeudi 28 mai, s’est voulue rassurante. « La liberté, enfin, va redevenir la règle et l’interdiction constituera l’exception », a affirmé Edouard Philippe, se réjouissant du recul net de la pandémie. Et quid de la culture ? « Notre vie culturelle va pouvoir reprendre plus largement », a indiqué le Premier ministre. En zone verte, les théâtres et les salles de spectacle pourront rouvrir à partir du 2 juin et en zone orange à partir du 22 juin.

Une reprise de l’activité qui pose néanmoins un grand nombre de questions. Comment relancer le secteur en respectant les conditions sanitaires ? « Les règles de distanciation physique devront être respectées par une organisation spécifique des places assises, une gestion des flux conforme au protocole sanitaire de ces espaces, et le port du masque y sera obligatoire »,a dit Edouard Philippe. Mais derrière ces termes, le flou demeure.

Quelle jauge ?

Quelle limite de jauge ? Comment imposer aussi le masque aux artistes ? On peut également regretter l’absence d’un calendrier précis, avec différents seuils de capacités d’accueil, comme on le voit en Italie ou en Autriche.  Le Premier ministre demande aux salles d’« être capables, pour rouvrir, de déterminer les conditions d’organisation de leurs salles : conditions de déambulation, de croisement et de distanciation physique. S’ils ne sont pas capables de l’organiser, alors il est préférable qu’ils n’ouvrent pas. C’est à eux que revient cette responsabilité. »Une responsabilité juridique ? ll y a là aussi matière à débat.

Absence de Franck Riester

Le symbole était d’ailleurs saisissant : si Edouard Philippe avait à ses côtés différents ministres, notamment Jean-Michel Blanquer pour les questions liées à l’Education nationale, l’absence de Franck Riester était révélatrice. Le secteur a donc manqué cruellement d’informations précises. Espérons qu’une intervention du ministre se fasse très rapidement.  Il y a urgence : le décret doit être finalisé ce week-end.  

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous