Réouverture des conservatoires : une fausse bonne nouvelle ?

La France entame ce mardi 2 juin sa deuxième phase de déconfinement. Après des semaines d’incertitudes, les conservatoires sont autorisés à rouvrir. Une annonce tardive, à quelques semaines de la fin de l’année scolaire. Entretien avec Maxime Leschiera, président de Conservatoires de France.

Etes-vous satisfait par cette autorisation de réouverture ?

Les conservatoires sont, certes, autorisés à rouvrir leurs portes, mais ont-ils réellement la possibilité de le faire ? Là est toute la question. Le calendrier est très serré. On nous impose des règles sanitaires très strictes, que l’on connaissait déjà il y a plusieurs semaines d’ailleurs, sauf que l’on nous laisse beaucoup moins de temps pour les mettre en place. Et l’application du protocole varie énormément d’un établissement à l’autre.

Il faut prendre en compte la configuration du bâtiment, le nombre d’élèves et de professeurs volontaires, la politique des collectivités territoriales… Tous les conservatoires ne vont donc pas pouvoir rouvrir ce mardi. Les problèmes restent les mêmes. Le seul vrai changement c’est que ce n’est plus interdit..

Ce qui vous a freiné notamment c’est le décret “déconfinement” du 12 mai, qui interdisait jusqu’ici la réouverture des conservatoires…

Oui, beaucoup d’établissements avaient l’intention d’ouvrir le 11 mai, en même temps que les écoles maternelles et primaires. L’objectif était de prendre le temps, mettre en place les mesures sanitaires, voir comment les choses se déroulent et ajuster si besoin. Mais après publication du décret ils ont dû faire marche arrière. Pour moi, dans ce décret, les établissements d’enseignement artistique ont tout simplement été oubliés. C’était plus un oubli qu’une réelle interdiction. Ce qui est regrettable, sachant qu’on arrive bientôt à la fin de l’année scolaire. On nous demande une réouverture progressive tout en diminuant nos marges de manœuvre. C’est très contraignant.

Vous êtes aussi directeur du CRR de Bordeaux, quelle organisation envisagez-vous pour votre établissement ?

Au départ on voulait rouvrir progressivement le 18 mai, mais on a dû s’adapter. Nous espérons pouvoir accueillir du public à nouveau ce mercredi, pour des entraînements individuels. Le but est de recréer du lien entre élèves et professeurs avant la fin de l’année. Faire un bilan du confinement et réfléchir à leur orientation pour l’année prochaine. Pour l’instant, on oublie les cours collectifs. Certains sont interdits et, dans tous les cas, ça nécessiterait beaucoup trop d’organisation pour trois semaines de pratique. On a également reçu tout le matériel sanitaire pour les enseignants et on demande aux élèves d’apporter leur masque. C’est un fonctionnement tout nouveau qui se dessine. On va devoir s’adapter petit à petit. Mais, aujourd’hui, notre principal objectif est de réussir la rentrée de septembre dans les meilleures conditions possibles. La troisième phase du déconfinement, prévue fin juin, nous aidera sûrement à y voir plus clair.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous