Europe : un « message terrible » envoyé à la culture

Mathilde Blayo 03/06/2020
La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a annoncé un budget 2021-2027 de 1,52 milliard d’euros pour le programme “Europe Créative”. Sabine Verheyen, présidente de la commission culture et éducation au Parlement européen, dénonce un montant décevant, alors que le secteur est en pleine crise à la suite du Covid-19.

Pour 2014-2020, le budget d’Europe Créative était de 1,46 milliard d’euros. La présidente annonce donc un budget en hausse. Cela vous satisfait-il ?

 Au Parlement, nous avions demandé que le budget soit doublé par rapport à 2014-2020, pour répondre à de réels besoin liés à l’évolution du secteur créatif. Ce que la Commission décrit comme un financement supplémentaire pour Europe Créative n’est qu’une augmentation par rapport à la base de référence inacceptable proposée en février par le président du Conseil, Charles Michel. La pandémie de Covid-19 a ravagé les secteurs de la culture, de la création et des médias dans toute l’Europe, mais la proposition de Mme Von der Leyen ignore complètement cela.

Le programme Europe Créative est le seul programme de l’UE qui apporte un soutien direct à ces secteurs [indirectement, les fonds structurels européens contribuent à hauteur de 8,5 milliards d’euros à la culture, NDLR]. Le Parlement européen a demandé à maintes reprises à la Commission de mettre en place un plan ambitieux pour les aider à se remettre sur pied, mais la Commission rate cette occasion, et envoie un message terrible.

Dans le cadre de la crise sanitaire et économique actuelle, quelle est la réponse de l’Union européenne ?

Le plan de relance annoncé par Ursula Von der Leyen le 27 mai est sans précédent en termes financiers : 750 milliards d’euros. L’approche qui sous-tend le plan consiste à fournir la majeure partie des fonds sous forme de subventions (500 milliards d’euros) et le reste sous forme de prêts (250 milliards d’euros). Une reconnaissance de plus de l’ampleur du défi qui signifie que nous devons éviter de surcharger les entreprises et les États membres avec de nouvelles dettes excessives. 
Mais, même si je suis consciente que ce plan de relance est vraiment très louable en général, quand on regarde les détails et ce qu’il signifie en particulier pour la jeune génération, le tableau est différent. Les chiffres spécifiques des programmes d’éducation, de culture et de jeunesse sont profondément décevants et ne correspondent tout simplement pas à la déclaration de la présidente de la Commission sur l’importance des générations futures. Le soutien à l’éducation et à la culture doit pourtant être placé au cœur d’une reprise réussie, au bénéfice de notre jeune génération, de la société et de l’économie. J’attendais des allocations spécifiques pour le secteur culturel et créatif et l’éducation dans le plan de relance européen post-Covid-19, comme l’avait précisément demandé le Parlement. Malheureusement, rien de tout cela ne se concrétise, malgré plusieurs engagements pris au cours des deux dernières années.

Y a-t-il d’autres mécanismes d’aide européens qui pourraient bénéficier au secteur culturel ? 

Il y en a effectivement d’autres, comme le mécanisme de relance et de résilience ou encore le REACT-EU, qui est une révision des Fonds de cohésion et permet un financement à 100%, donc sans cofinancement, du soutien aux entreprises, aux autorités locales… Il en existe d’autres qui peuvent soutenir le secteur culturel et créatif dans une certaine mesure, mais nous devons faire beaucoup plus pour garantir que les programmes – européens ou nationaux – soient adaptés aux besoins du secteur et soient gérables pour des organisations qui sont souvent de petite taille. Historiquement, des fonds d’aide comme la BEI et l’EFSI, par exemple, ont été beaucoup moins efficaces pour atteindre les PME en général, et celles du secteur culturel en particulier.

Pour ce qui est du vote sur le nouveau budget 2021-2027, il est désormais associé au plan de relance. Le Conseil européen va maintenant évaluer les propositions, en vue de parvenir à un accord politique d’ici juillet. La Commission a annoncé qu’elle travaillera ensuite en étroite collaboration avec le Parlement et le Conseil pour finaliser un accord sur le futur cadre à long terme et les programmes sectoriels qui l’accompagnent. L’achèvement de ces travaux au début de l’automne permettrait au nouveau budget à long terme d’être opérationnel et de favoriser la relance de l’Europe le 1erjanvier 2021.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous