“Un été en France” : l’initiative de Gautier Capuçon fait polémique

Mathilde Blayo 05/06/2020

Le violoncelliste fait face à de nombreuses critiques sur sa tournée française et le montant demandé aux municipalités pour la prestation, s’élevant jusqu’à 9800 euros le récital.

Le violoncelliste Gautier Capuçon annonçait fin mai qu’il serait sur les routes de France cet été, pour une tournée intitulée “Un été en France”, à travers les villes et villages qui l’accueilleraient. Il y jouerait en plein air, accompagné par les enregistrements audio du pianiste Jérôme Ducros, diffusés sur des enceintes. Dans une interview donnée au Parisien, ce musicien habitué aux tournées mondiales présente cette initiative comme une manière de « revenir aux sources » : des concerts gratuits pour les spectateurs et avec, pour lui, « un petit cachet » versé par les municipalités qui le contacteraient.

Hors frais d’hébergement

Mais pour des municipalités parfois exsangues, en pleine crise du covid-19, l’addition paraît, au contraire, excessivement salée : 2800 euros pour les villes de moins de 3000 habitants, 4800 euros pour les villes entre 3000 et 10 000 habitants, 7800 euros pour les villes entre 10 000 et 60 000 habitants et 9800 euros pour les villes de plus de 60 000 habitants. Ces forfaits, proposés aux municipalités sous forme de contrat de cession couvrent les frais et les cachets. Il faut encore rajouter les frais d’hébergement pour l’artiste et sa famille. Certaines mairies qui avaient contacté l’artiste, espérant le voir jouer chez eux, ont dû renoncer faute de moyen. « On aurait adoré le recevoir, confie le responsable culture d’une ville moyenne. Mais c’est une dépense importante, qui n’était pas prévue dans notre budget. Tant pis, nous ferons appel à des musiciens qui coûtent moins cher et qui en auront sûrement plus besoin. » Même dans les villes où l’artiste passera bel et bien, les montants surprennent : « 7800 euros, c’est totalement hors des coûts dont on a l’habitude pour un concert dans l’espace public. D’habitude, c’est 2000 euros maximum, rapporte un élu d’une ville de 30 000 habitants. On a des cachets plus élevés quand le concert a lieu dans un théâtre, où on peut aussi faire payer les places. »

Proportionnel à la taille de la ville

Le montant du forfait demandé est proportionnel à la taille de la ville, se défend Gautier Capuçon, qui nous indique avoir accepté de réduire son « cachet habituel jusqu’à 70% pour les petites communes vu la crise que nous traversons. » Pourtant, un village d’une centaine d’habitants, qui souhaitait voir venir l’artiste, a dû renoncer ne pouvant débloquer 2800 euros. « Le montant en lui-même, la période de crise qu’on connaît et la façon dont on nous a présenté cette tournée, comme une opération solidaire, à la rencontre du public, rendent tout cela difficile à accepter », considère un employé de mairie.

« Je regrette ce manque de solidarité entre artistes »

Parmi des musiciens mais aussi  des directeurs de festivals et autres professionnels du secteur ces montants scandalisent. Sur la page Facebook de l’artiste, plusieurs personnes lui demandent de révéler les montants des sommes demandées. « Ce n’est pas de la jalousie, considère une professionnelle du secteur. Mais le métier est à genoux et ce qui est demandé là choque. » Le violoncelliste nous explique « ne pas vouloir rentrer dans ce débat. Tout connaisseur objectif sait que ces critiques sont infondées et fausses. Je comprends que certains soient déçus mais je regrette ce manque de solidarité entre artistes. » Gautier Capuçon indique par ailleurs avoir refusé les demandes privées et les nouvelles invitations des festivals de musique pour cet été « ne voulant pas prendre la place des artistes qui devaient y être programmés », et ne pouvant répondre aux « 600 » demandes reçues, il explique avoir mis « de nombreuses collectivités en relation avec des artistes variés. »

Depuis la publication de cet article, Gautier Capuçon a annoncé au Parisien  qu’il renonçait à être payé, prenant pour lui l’ensemble des frais de cette tournée estivale. 

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous