Le prêt d’instruments dans les bibliothèques

Rachel Rowntree 26/06/2020
Alors que bibliothèques et médiathèques commencent à rouvrir leurs portes, retour sur le dispositif de prêt d’instruments de musique proposé par certaines d’entre elles à Paris. Un concept venu des pays anglo-saxons.

Depuis novembre, dans le 20e arrondissement, la médiathèque ­Marguerite-Duras – comme trois autres établissements parisiens* –, prête des instruments de musique : « C’est aussi facile que d’emprunter un livre ! » assure un des bibliothécaires.

Budget participatif

L’idée n’est pas neuve en France. À ­Angers, Rouen, Toulouse et en Seine-Saint-­Denis, on peut déjà emprunter des instruments (guitare acoustique ou électrique, clavier, ukulélé, djembé…). Mais cette initiative de la Ville de Paris se distingue par un plus large éventail.

Le projet est entièrement financé par le budget participatif, consistant à faire voter les habitants sur une part de 5 % du budget d’investissement : « C’est un projet “tout Paris”, qui n’est pas limité à certains arrondissements. Cela nous permet de déployer les crédits qui ont été retenus par le vote des Parisiens dans plusieurs bibliothèques », nous explique-t-on à la Ville de Paris.

Pour beaucoup, le coût élevé d’un instrument rend la musique inaccessible. Dorénavant, grâce à une carte d’abonnement à une bibliothèque parisienne, on peut choisir parmi toute une gamme d’instruments : trompette, trombone, clarinette, balafon ou même thérémine. Sont aussi disponibles des percussions, synthétiseurs et, sur le site de la Ville de Paris, des méthodes d’apprentissage de la musique.

Formation des bibliothécaires

Le projet a connu un succès immédiat : « Quand les instruments partent dès le premier jour de leur mise à disposition, on voit que ça correspond à un réel besoin », affirme-t-on à la Ville de Paris. Parfois, un instrument est abîmé ou disparaît : « Cela peut arriver, comme pour tout prêt gratuit, c’est la rançon du succès. » L’ajout d’une telle collection à une bibliothèque demande une nouvelle implication des bibliothécaires. Ces pièces ont besoin de soins et d’entretien, des missions qui font maintenant partie du travail des agents. « Tout l’entretien est assuré par nos bibliothécaires, qui ont été formés pour ça. Il y a là aussi un enjeu de management : intéresser les agents à l’évolution de leur métier. » La Ville de Paris espère que ce programme contribuera à moderniser l’image des bibliothèques : « On voit encore la bibliothèque comme un lieu dédié uniquement aux livres. Elle doit dépasser cette représentation. »

Au Canada, des concerts dans les bibliothèques

Dans d’autres pays, le prêt d’instruments de musique permet aux bibliothèques, non seulement de revitaliser leurs services, mais aussi de construire des communautés. Grâce au soutien de Sun Life Financial, cet emprunt est maintenant possible dans dix villes du Canada. Au téléphone, Miranda Huska, responsable de la bibliothèque de Parkdale à Toronto, décrit comment le prêt des instruments de musique est en train de changer l’image de la bibliothèque : « Ce ne sont plus des lieux où le silence règne ! dit-elle en riant. Les bibliothèques sont devenues de vrais centres de rencontre pour la communauté. » Une série de concerts “Live in the Library” y a lieu tous les mois. L’orchestre Sistema local s’y est produit, ainsi qu’un chœur de réfugiés syriens, un groupe mariachi, des groupes de musique folk et de musique de chambre : « On essaie de varier au maximum », dit-elle.

La décision de proposer des instruments dans la bibliothèque de Parkdale avait pour but de les rendre aussi accessibles que possible. Le bâtiment est situé dans un quartier qualifié de prioritaire, avec un nombre élevé de personnes en difficulté, à faibles revenus, et beaucoup de seniors. « Nous voyons clairement l’impact dans la communauté. Nous avons des retours très positifs de personnes qui n’ont jamais eu la possibilité d’acheter un instrument ou d’en jouer jusqu’à maintenant », constate Miranda Huska.

Séances d’improvisation

Le silence a aussi été brisé dans la bibliothèque de musique Henry-Watson, à Manchester (Royaume-Uni). Depuis 2014, une sélection de guitares, claviers électriques et batteries électriques est disponible pour jouer sur place. Une fois par semaine se déroule une séance d’improvisation : « C’est une soirée gratuite, ouverte à tous sans réservation, à laquelle, pendant deux heures, n’importe qui peut participer soit avec nos instruments, soit avec le sien », nous dit Lynn Hall, une assistante bibliothécaire. Manchester est une ville bien connue pour ses clubs et DJ. La bibliothèque propose aussi l’utilisation d’une table de mixage et de synthétiseurs.

Studio d’enregistrement

C’est en 2018, à Brooklyn, que la première bibliothèque de New York a prêté des instruments de musique. Plus de 1 500 pièces sont actuellement disponibles et en moyenne deux sont empruntées par jour, selon Fritzi Bodenheimer, porte-parole de la bibliothèque. La bibliothèque dispose même d’un studio d’enregistrement : « Il est très sollicité. Nous avons des réservations jour et nuit pour toutes sortes de projets, que ce soit des ­podcasts ou des enregistrements de musique. Le groupe All My Friends Are Stars y a enregistré l’intégralité de son album. »

Il est passionnant de voir quelques bibliothèques parisiennes se joindre à cette communauté déjà vibrante. Les bibliothèques Lancry (10e), Mallaville (13e) et Hergé (19e) avaient prévu, elles aussi, de réunir une collection d’instruments ce printemps. Malheureusement, le ­Covid-19 les a freinées. Cependant, ce projet va se poursuivre, et la Ville de Paris cherche à le faire évoluer en créant des liens avec la Maison des pratiques artistiques amateurs et en ajoutant à son éventail des instruments du monde, comme des ouds et des sitars.

 

*    Buffon (5e), Hélène-Berr (12e), Marguerite-Yourcenar (15e).

Traduction : Marion Gough.
Une version en langue anglaise de cet article est consultable sur notre site.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous