Enquête sur le sexisme et le harcèlement sexuel à l’opéra

La plateforme ComposHer lance une vaste étude en recueillant les témoignages des professionnels du secteur.

Après les révélations de ces derniers mois sur les comportements de réalisateurs dans le milieu du cinéma français, l’heure est-elle venue d’un metoo de la musique classique dans l’Hexagone ? Quelques dossiers avaient déjà éclaté à l’été 2019 au sujet du chanteur et chef d’orchestre Placido Domingo, poussant ce dernier à démissionner de son poste de directeur général de l’Opéra de Los Angeles. Les sœurs Camille et Julie Berthollet avaient exprimé publiquement en janvier 2020 avoir été victimes de gestes « totalement déplacés » dans le cadre de leur travail. Si des voix se sont élevées pour dénoncer le harcèlement sexuel dans les orchestres (mettant en cause les chefs d’orchestre Charles Dutoit, James Levine), l’opéra français restait à la traine de ce mouvement.

Premiers résultats en septembre

C’est précisément ce à quoi s’attèle cette vaste enquête hébergée par la plateforme ComposHer, qui se consacre à promouvoir la visibilité des femmes dans la musique classique, qu’elles soient compositrices, cheffes ou interprètes. On y trouve des interviews, articles musicologiques, aide à la programmation, actions de sensibilisation et édition de partitions. L’enquête prévoit d’examiner avec minutie les agissements sexistes au travail et le harcèlement sexuel. Hommes et femmes de tous les corps de métiers de l’opéra sont invités à répondre aux questions. Une partie des premiers résultats seront dévoilés à la rentrée dans notre numéro spécial “opéra”.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous