Conservatoires : le flou de la rentrée

Mathilde Blayo 02/09/2020

Sans protocole sanitaire précis, les établissements d’enseignement artistique préparent néanmoins la rentrée avec une attention particulière portée aux pratiques collectives et la possibilité de maintenir des cours à distance.

Pour la rentrée de septembre, les conservatoires comptent ouvrir leurs portes malgré l’absence de protocole sanitaire clair. Le ministère de la Culture devrait en fournir un le 4 septembre. En attendant, les conservatoires s’organisent à partir des recommandations faites pour le spectacle vivant et pour l’éducation nationale. Pour ceux qui avaient pu rouvrir leurs portes au moment du déconfinement, l’organisation semble plus simple. « On a vu comment faire, les vitres sont installées, les sens de circulation sont établis », rapporte Éric Scrève, directeur du conservatoire du Grand Besançon. « On avait fait dix-sept plans de reprise différents, on a toutes les possibilités déjà envisagées, confirme Robert Llorca au conservatoire du Grand Chalon. Il faut surtout qu’on s’accroche tous pour se dire que ça va marcher. »

Cours collectifs

Pour les cours individuels, les choses paraissent plus simples avec une distanciation sociale et une ventilation des salles à respecter. Les aménagements sont plutôt envisagés sur les cours de pratiques collectives qui ne devraient reprendre, au mieux, qu’à la mi-septembre. À Chalon, les cours de formation musicale ont été réduits de 15 à 12 élèves. Au conservatoire d’Avignon, qui compte un pôle de danse important, les élèves seront moins nombreux par cours et les salles désinfectées. Christophe Millet, directeur du conservatoire d’Angers, a étalé la rentrée sur plusieurs semaines « pour ne pas mettre en marche toutes les disciplines en même temps », et attend « des protocoles particuliers pour les cours de pratique collective en danse, en théâtre et en musique. Nous réunissons aussi les professeurs par type de pratique : les cours en groupe où les élèves se déplacent (danse, théâtre), où ils sont assis (formation musicale). Ceci de façon à ce que les enseignants réfléchissent ensemble aux procédures qu’on peut mettre en place et qu’ils les intègrent au mieux à leurs méthodes. »

Mutualiser les moyens

Pour répondre à la question des pratiques collectives et des salles adaptées à ces pratiques, le syndicat national des enseignants et artistes (SNEA-UNSA) évoque la possibilité d’utiliser les écoles. « Les écoles sont gérées par les mairies qui désinfectent tous les jours ces établissements, explique Michel Ventula, secrétaire général du syndicat. On peut imaginer d’aménager une salle après 16h30 pour la pratique collective artistique. Certaines municipalités n’auront pas les moyens de désinfecter quotidiennement écoles et conservatoires sous leur responsabilité. » La mutualisation des espaces gérés par la mairie pourrait être une solution pratique pour répondre au manque de place dans certains établissements.

Enseignement à distance

Au CNSMDP, en raison de la réduction des jauges de salles, des cours à distance devraient être maintenus. Un roulement devrait être mis en place entre les différents groupes d’élèves. « Nous leur garantissons le volume horaire prévu, explique la directrice adjointe, Marine Thyss. Ils alterneront entre des cours collectifs en présentiel et des cours à distance. On a parfois augmenté l’amplitude horaire de certains cours. » Le Conservatoire supérieur de Paris a aussi amélioré son matériel technique afin de permettre une mise en place optimale de ces cours à distance, et a formé les enseignants. Michel Ventula alerte aussi sur le faible taux de réinscriptions pour les petites structures. « Ce qui pose un réel problème de fermeture de classe et met en danger les contractuels dans certains endroits, rapporte-t-il. Ce maillage d’établissements, construit au fil des années, donne une base de pyramide très large pour l’enseignement artistique. Il est fragilisé aujourd’hui. »

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous