Le couvre-feu, un « coup de grâce » pour le secteur

Mathilde Blayo 15/10/2020

Témoignages de directeurs d’opéra, de salle de concert et d’orchestre dans les métropoles concernées par le couvre-feu. Tous recherchent des solutions alternatives, notamment avancer les horaires des spectacles.

A l’Opéra de Marseille, le directeur Maurice Xiberras accuse le coup. « C’est le coup de grâce. Depuis mars dernier on rassure le public, nos équipes, les musiciens, on a assuré les spectacles jusqu’à présent sans aucun problème. » Une adaptabilité dont fait preuve tout le secteur depuis le début de la crise et qui est ici encore mise au défi. Pour François Bou, directeur général de l’Orchestre national de Lille, « c’est un nouveau coup et j’ai peur que ces mesures rajoutent à l’ambiance anxiogène alors que nous avions réussi à retrouver une dynamique positive avec notre public. » Mais pour Lille comme pour les autres structures interrogées, il n’est pour autant pas question de « baisser les bras ». A Toulouse, l’Orchestre national du Capitole « doit continuer à jouer, à garder cette relation très forte avec le public », considère le délégué général de l’orchestre, Thierry D’Argoubet.

Concerts à 18h

La décision prise par tous nos interlocuteurs est d’avancer les séances du soir en fin d’après-midi. Les spectacles commenceront ainsi à 18h dans la plupart des salles et opéra. À la Philharmonie de Paris, les concerts de la semaine commenceront à 18h30 « de façon à ce que le public ait terminé à 20h et puisse rentrer chez lui pour 21h où qu’il habite », explique Laurent Bayle, directeur général du lieu. La Philharmonie va aussi « densifier et mieux utiliser la plage du week-end, en reprogrammant des concerts de semaine sur le samedi ou le dimanche après-midi », explique Laurent Bayle. Thierry D’Argoubet compte aussi sur la fréquentation des concerts du samedi. Ces réaménagements doivent encore être négociés en interne, nous explique Christophe Ghristi, directeur du théâtre du Capitole à Toulouse : « il y a des règlements intérieurs pour l’équipe technique, pour l’équipe musicale.. Il va falloir négocier ces changements avec toutes les équipes. »

Le public suivra-t-il ?

La grande inconnue reste : est-ce que le public sera au rendez-vous ? « Pour certains, 18h ce sera trop tôt, anticipe Maurice Xiberras à Marseille. Et ceux qui ne pourront pas venir vont demander à être remboursés. » L’Opéra a déjà dû rembourser 900 000 euros depuis la mi mars qui s’accumulent aux pertes de la location. « Comme nous sommes en régie municipale, nous n’avons pas le droit à la compensation de perte de billetterie, rapporte le directeur. La situation est compliquée économiquement. » A la Philharmonie de Paris, la salle est déjà à 40% de sa capacité normale. Les 1000 places disponibles sont souvent pleines, mais si le public ne peut pas s’adapter aux nouvelles horaires, « nous descendrons à 30%, 20% de notre capacité ?, s’interroge Laurent Bayle. On ne peut qu’augmenter les pertes. Il est indispensable d’avoir de nouvelles aides. » Certains se montrent optimistes quand à la fidélité du public, comme à Toulouse : « On a joué complet sur les cinq dernières représentations de Cosi fan tutte, rapporte Christophe Ghristi. Il y a une demande du public, à laquelle on répond en maintenant ces spectacles. Peut-être qu’on pourra aussi toucher un autre public, qui a du mal à sortir le soir. »

Dérogations

Pour les orchestres qui rayonnent en région, il va aussi falloir revoir leur calendrier. Thierry D’Argoubet envisage des annulations. Pour l’Orchestre national de Lille, qui est aussi amené à jouer dans des villes qui ne sont pas concernées par le couvre-feu, François Bou s’interroge : « les musiciens et techniciens pourront-ils rentrer à Lille après le couvre-feu avec des dérogations ? » Une autre question reste pour le moment en suspens : les répétitions en soirées pourront-elles se tenir ? Des dérogations devraient être possibles pour que les musiciens puissent travailler après 21h. Ces négociations devraient être menées avec les préfectures.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous