Concours et Covid

Mathilde Blayo 06/11/2020
Comment se tiennent les recrutements au temps du Covid ? La crise sanitaire induit une nouvelle logistique pour leur organisation et a des conséquences sur les candidats. Focus sur les récents concours à Radio France.
Si plusieurs orchestres ont décidé de reporter ou d’annuler les concours de recrutement, faute de moyens pour les organiser et en raison d’un grand nombre d’incertitudes, les phalanges de la Radio ont relancé les concours dès la fin du mois de juin. « Nous avons gardé les mêmes programmes, les candidats ont seulement dû renouveler leur candidature », explique Marie Devienne, chargée des concours des formations musicales.

Les concours se tiennent soit à la maison de la Radio, soit à La Seine musicale. La salle de l’île Seguin demande à tout visiteur de fournir une attestation de non-symptôme à l’entrée. Les pupitres et chaises sont désinfectés entre chaque candidat, de même que les poignées de porte. « Il y a un régisseur en plus qui désinfecte tout. » Les candidats sont convoqués par groupe de 25 maximum. À La Seine musicale, la salle de chauffe permet aux candidats de s’entraîner à bonne distance les uns des autres. Julien Szulman a  remporté le concours de violon solo pour l’Orchestre philharmonique, le 31 août et le 1er septembre, à l’auditorium de la maison de la Radio. « Nous étions un peu moins d’une vingtaine dans le studio 104, qui est très grand. Nous nous sommes répartis chacun dans un coin pour nous échauffer et attendre notre tour. Les règles sanitaires et le port du masque ne m’ont pas particulièrement perturbé, j’étais dans ma bulle. En revanche, lors de la dernière épreuve, j’ai trouvé un peu compliqué de s’adapter à un orchestre distancié, où l’on n’a pas les repères habituels de distance aux pupitres, au chef. »

Moins d’étrangers

Le Covid a également eu une répercussion sur le nombre de candidats et leur diversité. Des désistements sont habituels pour les concours d’orchestre, « mais, là, indique Marie Devienne, nous avons eu 50 % de désistements pour certains. » Surtout les candidats étrangers, qui sont moins nombreux cette année. Jean-Marc Bador, délégué général de l’Orchestre philharmonique, explique « conserver les candidats européens, qui sont majoritaires dans les concours. Il y a encore quelques candidats asiatiques, car ils étudient en Europe. La situation n’a pas changé drastiquement la composition des candidats, mais a fait baisser leur nombre. »
Pour les résultats du premier tour, les candidats n’ont plus à rester sur place. « On a mis en place une annonce des résultats sur répondeur téléphonique », rapporte Marie Devienne. Les résultats sont donnés physiquement au deuxième tour et à la finale, mais, là aussi, le Covid modifie un peu les choses : « D’habitude, nous offrons un pot pour féliciter les musiciens. Maintenant, nous pouvons seulement organiser un petit verre dehors s’il fait beau ».
« C’était un peu frustrant de ne pas pouvoir partager un moment de convivialité avec les futurs collègues, frustrant aussi de ne pas avoir pu serrer la main de Mikko Franck qui m’a fait une grande impression ! »
se souvient Julien Szulman. Pour le moment, les équipes de Radio France maintiennent les six concours qui doivent avoir lieu d’ici à décembre, espérant que le pianiste accompagnateur ou le régisseur de chacun des concours ne soient pas déclarés positifs ou cas contact ces jours-là.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous