Lettre d’une directrice d’école de musique aux députés

17/11/2020
Dominique Modry, clarinettiste et directrice de l’école de musique et de danse d’Oberhausbergen, lance « un appel au secours » adressé aux parlementaires.

Chers messieurs et mesdames les députés,

C’est un appel au secours de toute une profession qui se sent peu représentée, qui pourtant est essentielle à la société.

Nos établissements doivent restés fermés à toute activité, nous contraignant à dispenser des cours par skype, whatsapp, Jitsi meet, et autre réjouissances. 

Mes questions:  

Pourquoi les enfants peuvent ils aller à l’école, en groupe de 15, 20, 30 mais ne peuvent suivre leur cours individuel de musique ? 

Pourquoi les mêmes enfants peuvent ils être accueillis dans des structures périscolaires, mais ne sont pas autorisés à poursuivre leurs activités périscolaires ?

Pourquoi met on en avant l’importance de la continuité du service public, alors que les établissements à enseignements artistiques ont obligation de rester fermés même lorsqu’ils sont municipaux ?

Nos écoles ont toutes mis en place des protocoles stricts, elles n’ont pas créé de cluster. Cela n’est pas assez mis en avant. Elles doivent pouvoir rouvrir. Les enjeux sont pédagogiques, économiques et éducatifs. Imaginez le nombre d’élèves laissés sur le bord de la porte, le nombre d’élèves handicapés qui n’ont plus accès à leurs rares échappatoires.

Qui pourrait nous expliquer en cohérence ces décisions ?

Que peut-on faire pour être entendu et faire évoluer le décret ?

Qui pourrait défendre une réouverture des commerces de proximité et laisser les lieux de culture fermés ? 

Nous comprenons les enjeux, et les efforts à faire pour contrer la pandémie, nos écoles ont été exemplaires dans la gestion de leur réouverture en juin dernier. Elles souhaitent rester vertueuses, accueillir leurs élèves et participer à leur équilibre psychologique. 

Je voudrais avoir l’assurance que quelqu’un quelque part prendra la parole pour donner des éclairages sur nos professions et les défendre.

Je ne peux imaginer un seul instant que tant d’incohérences soient possibles dans notre France "des lumières", des libertés, berceau de la culture. 

Merci pour l’attention porté à cet appel,

Je reste à disposition pour échanger et recueillir vos conseils.

Cordialement

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous