Un souffle de voile…

La Chronique santé du docteur Emmanuel Bartaire, chef de service à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Lille.

Au fond de la bouche, à la frontière entre le pharynx et la bouche, est étendu un curieux rideau dont peu connaissent l’utilité : le voile du palais. Ce dernier s’insère sur la partie postérieure du palais et est étendu d’une amygdale à l’autre. Il présente un bord libre, inférieur, sur lequel est appendu la luette (que certains appellent improprement la glotte, qui correspond à l’espace entre les deux cordes vocales, ce qui n’a rien à voir). Ce bord libre est d’ailleurs en continuité latérale avec des replis qui délimitent la zone où se logent les amygdales : les piliers de l’amygdale.

À quoi sert-il ?

Sa principale fonction est celle d’un clapet réalisant l’étanchéité entre le nez et la bouche, ou plus précisément, entre le rhinopharynx (partie du pharynx en arrière du nez) et l’oropharynx (partie du pharynx en arrière de la bouche). Ceci peut paraître tout à fait anodin mais est fondamental pour la prononciation et la déglutition :
En effet, le voile du palais, habituellement en position verticale, vient former un clapet étanche. Lors de la déglutition, cela évite que les liquides, voire les grains de riz ou de semoule, repassent par le nez. Au contraire, lors de la respiration, le voile reste vertical, permettant le passage de l’air par le nez.
Lors de l’émission vocale, le voile est en permanence en mouvement pour moduler le son de la voix et participer à la construction des phonèmes. Ceci est particulièrement vrai dans certaines langues pour certains phonèmes comme les voyelles nasales, où le voile est abaissé, comme -an, -in ou -on, ou au contraire dans les voyelles orales où le voile est relevé, isolant le nez.
En outre, le voile modifie le passage de l’air dans les résonateurs des chanteurs. Il est donc fondamental dans la diction, mais permet aussi de modifier le timbre en augmentant ou diminuant l’influence des résonateurs.

Les cas de rhinolalie

Lorsque le voile ferme trop le passage de l’air, cela conduit à une rhinolalie fermée, ce qui donne une prononciation comme lorsque l’on a un rhume (l’air ne passe plus par le nez). Lorsque le voile au contraire ne se ferme pas assez, il y a une fuite d’air par le nez, c’est une rhinolalie ouverte, ce qui donne une prononciation difficile de certains phonèmes. Chez les instrumentistes à vent, le débit d’air doit sortir dans l’embouchure et le voile doit être parfaitement étanche (en position relevée) pour pouvoir souffler dans l’instrument, même si certains, comme les hautboïstes par exemple, s’en servent pour faire fuiter un peu d’air ou de pression. Dans certaines pathologies, ce voile ne fonctionne pas bien et ne peut pas bien jouer son rôle d’étanchéité avec le nez, comme après certains AVC, lors d’une fente palatine (vulgairement appelée “bec-de-lièvre”) ou après certaines opérations chirurgicales. Il paraît donc intéressant que les enseignants d’instruments à vent soient conscients que ces pathologies peuvent perturber l’apprentissage d’un instrument à vent : dans le cas d’une fente palatine, l’apprentissage d’un instrument à vent peut être quasi impossible, mais peut aussi être un formidable moyen de rééducation du voile chez ces enfants. Il est assez clair que les régimes de pressions ne sont pas les mêmes entre une trompette et une flûte à bec. Il peut être intéressant d’essayer plusieurs instruments pour trouver celui qui convient le mieux aux enfants porteurs de cette pathologie. Par ailleurs, le corps médical n’est pas toujours conscient du rôle du voile chez les instrumentistes, et il semble intéressant d’être attentif à des risques (rares) sur le voile dans certaines chirurgies du ronflement (uvulovelectomie), voire l’intervention des amygdales.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous