Le Luxembourg rouvre ses salles de spectacle

Eloïse Duval 11/01/2021
Alors que les lieux culturels restent fermés en France, les théâtres ainsi que les salles de concert du Grand-Duché rouvrent, elles, leurs portes ce lundi 11 janvier.

Fermées au public depuis le 26 novembre 2020, les salles de spectacles pourront finalement rouvrir dès le lundi 11 janvier, comme l’a annoncé le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel le 5 janvier dernier. Si cette nouvelle a été chaudement accueillie par les établissements culturels, ces derniers observeront un protocole sanitaire renforcé afin de protéger tant le public que les artistes, et ainsi pérenniser cette réouverture. Aussi, « il s’agit de rebasculer sur le protocole sanitaire en vigueur avant la fermeture de novembre, c’est-à-dire une distanciation de deux mètres à 360 degrés entre 2 personnes qui ne sont pas du même ménage. De plus, le port du masque sera obligatoire dans l’ensemble du théâtre et lors des représentations, les entrées et sorties orchestrées pour éviter les croisements », précise Tom Leick-Burns, directeur des Théâtres du Luxembourg. Le concert du Nouvel an qui se tiendra lundi à la Philharmonie ne réunira ainsi que 100 personnes (pour une capacité totale de 1400 places)…

La culture, un droit fondamental

Bien que cette reprise des représentations artistiques repose sur des chiffres relativement encourageants (on relève au plus quelques centaines de contaminations par jour cette dernière semaine et le nombre de lits occupés en soins intensifs a également diminué de façon significative), elle fut également permise par le dialogue du gouvernement luxembourgeois avec le monde culturel : « Il y a eu une écoute très attentive de la part des instances politiques communales et nationales. La Commission consultative des Droits de l’Homme a elle aussi pointé dès décembre l’importance systémique de la culture, souligne Tom Leick-Burns. De même il y a eu des interrogations sur la notion de droit fondamental des êtres humains d’avoir accès à la culture ». C’est d’ailleurs cette reconnaissance de l’accès à la culture comme droit fondamental et la prise en considération de la santé mentale comme faisant partie intégrante du système de santé, qui ont participé de la décision du gouvernement luxembourgeois de rouvrir les théâtres et les salles de spectacle.

« La joie de revoir le public »

Les artistes insistent sur la nécessité de cette réouverture et sur l’urgence matérielle et immatérielle dans laquelle ils se trouvent depuis bientôt un an. « Il y a un grand sentiment de joie de revoir le public dans la salle », confient Guillaume Lebowski et Vincent Debès, deux trombonistes de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg. Vincent Debès insiste sur cette volonté de retrouver « cette magie impalpable, cette émotion intangible et pourtant réelle qui se produit entre artistes et public lors d’une représentation ». En effet, si les projets numériques et captations permettent de maintenir une certaine visibilité du monde culturel, cela ne saurait remplacer l’émotion suscitée lors d’une représentation partagée dans la salle de spectacle. Dans le même esprit, Guillaume Lebowski souligne « qu’il relève du devoir de donner un accès à la culture au plus grand monde, afin d’éviter que les artistes et le public ne sombrent dans cette forme de « dépression culturelle » ».
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous