L’engagement des mairies

Mathilde Blayo 27/01/2021

À l’échelle des villes aussi, les élus se mobilisent pour la culture. À Lyon comme à Bourges, les municipalités se montrent volontaires pour expérimenter la réouverture des lieux culturels.

Les élus lyonnais étaient dans la rue aux côtés des artistes, le 15  décembre dernier, réclamant la réouverture des salles et lieux culturels et dénonçant une politique « deux poids, deux mesures, qui laisse ouvrir les magasins et les lieux de croisement comme le métro, mais pas les cinémas et les théâtres, qui n’ont jamais été identifiés comme des lieux de cluster », nous rappelle Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la culture de la ville. La mairie a alors accompagné les acteurs culturels dans leur recours devant le Conseil d’État, recours rejeté le 23  décembre dernier.

L’engagement de la ville de Lyon aux côtés du secteur culturel répondait « à un sentiment d’injustice profond, souligne Nathalie Perrin-Gilbert. Et parce que nous pensons que le gouvernement passe à côté d’une dimension essentielle de la culture : c’est un secteur économique bien sûr, mais c’est aussi un bien commun qui nous permet de faire société, de se projeter et de rêver ensemble. En niant cette dimension, cette nécessité de la culture, le gouvernement contribue à entretenir le mal-être social que nous voyons à l’œuvre. Cette politique en pousse certains à organiser des événements clandestins qui sont forcément plus dangereux d’un point de vue sanitaire. » La municipalité va reconduire son fonds d’urgence d’un million d’euros d’aide directe aux lieux et aux artistes lyonnais. Dans le cadre du budget municipal, la part allouée à la culture ne baissera pas cette année, « la culture n’est pas une variable d’ajustement », considère l’adjointe.

Expérimentation au Printemps de Bourges

Alors qu’une date de revoyure pour l’ouverture des lieux culturels avait été fixée au 20 janvier, la ministre de la Culture avait finalement annoncé ce jour-là : « Nous sommes face à un nouveau chapitre de l’épidémie qui nous prive de visibilité », fermant la possibilité de travailler à un calendrier de réouverture des lieux culturels. Pourtant, plusieurs villes se montrent prêtes à préparer la réouverture de certains lieux. À Bourges, le maire Yann Galut a adressé un courrier à la ministre dans lequel il se dit prêt à expérimenter dans sa ville « la réouverture des lieux culturels, en retravaillant les protocoles sanitaires ». L’élu proposait une ouverture progressive des établissements culturels en commençant par les musées et monuments. « Bourges est une ville culturelle et il fallait absolument qu’on fasse une proposition pour imaginer un moyen de reprendre l’activité artistique. C’est un drame économique et social qui se joue pour les artistes, considère Yann Galut. Nous avons malheureusement fait cette proposition au moment où se profilait un nouveau confinement, mais le ministère s’est montré prêt à travailler avec nous pour que le festival du Printemps de Bourges puisse se tenir début mai, et servir de test pour établir un protocole général exemplaire. » Le maire souhaite ainsi prendre l’exemple sur les expérimentations qui ont pu être menées à l’étranger, notamment à Barcelone où un concert avec 500 personnes a pu se tenir sans qu’aucun des spectateurs ne soit contaminé. « Nous devons être aux côtés des artistes, autant en parole qu’en acte, pour leur dire qu’ils sont essentiels et que la culture est fondamentale dans notre projet municipal », explique Yann Galut.

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a également indiqué au Premier ministre qu’il souhaitait rouvrir les musées à titre expérimental, et qu’il était prêt à prendre la responsabilité de ce test. « Nous avons un large réseau de lieux culturels, et nous travaillons en confiance avec les responsables de ces lieux, explique Nathalie Perrin-Gilbert. Lyon souhaite vraiment accompagner le secteur, ne pas être en repli devant cette situation. »

La ville développe ainsi un plan de commande publique à destination des artistes plasticiens, dont les œuvres seront exposées dans la ville. Elle prépare également d’ores et déjà le festival estival “Tout le monde dehors” ainsi qu’une fête de la musique pour le 21  juin prochain.

Nathalie Perrin-Gilbert explique qu’« avec ces événements, nous finançons des artistes et techniciens, et surtout, nous empêchons que la culture ne disparaisse de l’espace public ».

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous