Russie : la politique divise les musiciens

Antoine Pecqueur 15/02/2021

Alors que le chef d’orchestre Valery Gergiev est un fervent soutien de Vladimir Poutine, le pianiste Evgeny Kissin appelle lui, à relâcher l’opposant Alexeï Navalny.

Depuis l’arrestation d’Alexeï Navalny le 17 janvier, des dizaines de milliers de manifestants exigent en Russie la libération de l’opposant, victime d’une tentative d’empoisonnement. Des rassemblements violemment réprimés par le pouvoir.

« Stop à la terreur ! »

Dans ce contexte, des artistes ont eux aussi décidé de monter au créneau. Une vidéo postée sur YouTube rassemble plusieurs messages de musiciens russes. Parmi lesquels la star du piano, Evgeny Kissin, qui affirme : "Stop à la terreur ! Relâchez Alexeï Navalny et tous les prisonniers politiques immédiatement". Les autres musiciens (le violoniste Nazar Kozhukhar, la chanteuse Maria Ostroukhova…) sont bien moins connus. Et pour cause : dans la Russie de Poutine, s’engager publiquement contre le pouvoir peut entraîner de sévères répercussions. D’autant plus que le système musical russe est organisé autour d’un chef d’orchestre inféodé au Kremlin : Valery Gergiev, le directeur musical du Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, qui est aussi l’artiste le mieux payé du pays (2,7 millions de dollars par an selon le ministère de la Culture russe, uniquement pour ses activités dans le pays).

Ambassadeur culturel

Valery Gergiev est le véritable ambassadeur culturel de Vladimir Poutine. Jusque sur les zones de conflits militaires, comme l’a encore rappelé son concert en 2016 à Palmyre juste après la libération de la ville par les forces russes. Emmanuel Marcron l’avait bien compris en recevant à dîner Valery Gergiev en 2018, pour faire passer indirectement des messages à son homologue russe. Après son hospitalisation à Berlin, Alexeï Navalny avait, dans un entretien au quotidien allemand Bild Zeitung, ciblé directement Valery Gergiev, qui est aussi chef principal de l’Orchestre philharmonique de Munich : « ce type de personne ne devrait pas pouvoir entrer en Europe », affirmait Alexeï Navalny, le décrivant comme un propagandiste de Poutine.

Même s’il est souvent considéré comme le rival de Gergiev sur le terrain musical, le violoniste et chef de l’Orchestre national philharmonique de Russie, Vladimir Spivakov, est lui aussi proche du Kremlin. Il avait signé en 2014 la pétition de soutien à l’annexion de la Crimée. Parmi les autres musiciens proches du président russe figure également la soprano Anna Netrebko.

La scène musicale russe n’a donc sans doute jamais été aussi divisée qu’aujourd’hui. Reste à savoir si les salles de concert occidentales vont prendre position, ou bien privilégieront-elles une neutralité arrangeante ? La question est, finalement, la même que pour les chancelleries occidentales.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous