« Les salles de spectacle ne sont pas des lieux où l’on porte les armes. »

Mathilde Blayo 15/02/2021

Huit organisations du secteur culturel alertent sur un article de la loi "sécurité globale", permettant le port d’arme dans les ERP. Explications de Jean-Michel Mathé, trésorier de France Festival et directeur du Festival international de musique de Besançon.

Que dit cet article ?

Un membre de nos syndicats et fédérations a repéré cet article la semaine dernière et nous en a tout de suite alerté. Cet article 25 de la loi sécurité globale prévoit : « Le fait qu’un fonctionnaire de la police nationale ou un militaire de la gendarmerie nationale porte son arme hors service, dans des conditions définies par arrêté du Ministre de l’Intérieur, ne peut lui être opposé lors de l’accès à un établissement recevant du public. (ERP) » Les salles de spectacles, théâtres, festivals, sont des ERP : donc les policiers et gendarmes pourront entrer armés dans nos lieux, même hors service. Nos organisations sont très rapidement tombées d’accord pour dénoncer cet article.

Pourquoi vous opposez-vous à cette possibilité ?

Ce n’est pas que nous ne faisons pas confiance à ces personnes, peu nombreuses en France, détentrices d’un port d’arme. Nous avons tous conscience du contexte sécuritaire, des attentats. Mais nous ne pensons pas que c’est avec une réponse à l’américaine, en permettant le développement du port d’arme, qu’on augmentera la sécurité. Dans les festivals de musique actuelle, les festivals d’art de rue, mais aussi les boîtes de nuit qui font partie des ERP, il y a de l’alcool, des conditions réunies pour qu’il y ait des dérapages. On ne peut pas garantir qu’il n’y en aura pas.
Est-ce que, vraiment, avoir des hommes armés hors service dans un public évitera les attentats ? Personne chez nous n’oublie le Bataclan, mais les salles de spectacle ne sont pas des lieux où l’on porte les armes.
Par ailleurs, comment pouvons-nous nous assurer, lors des contrôles des sacs, que la carte de police qui nous sera présentée n’est pas falsifiée ? Cette disposition nous paraît créer plus de risques qu’elle n’en empêche.

Nous ne voulons pas que soit banalisée la possibilité de venir dans une salle de spectacle en étant armé. C’est une banalisation très problématique pour nos lieux, mais elle pourra s’appliquer à tous les ERP : les magasins, les restaurants… En tant que citoyen, je me sens rassuré si je vois qu’il y a des personnes en mission, des CRS, qui sont là parce que des risques ont été identifiés. Je ne le serai pas avec des personnes armées sur leur temps de loisir.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous